Répression antisyndicale – La Poste poursuit son acharnement contre Gaël Quirante

Jeudi, le syndicaliste licencié par la Poste, Gaël Quirante, comparaissait devant le juge des référés de Nanterre pour « intrusions » dans des centres postaux. Un nouvel exemple de l’offensive de l’entreprise contre les militants. 

Un vœu cher à La Poste pourrait être exaucé. Voir l’un de ses moutons noirs, Gaël Quirante, interdit d’entrer sur les sites de l’entreprise publique. Le vendredi 6 avril, le syndicaliste Sud s’est vu notifier chez lui par un huissier son assignation en référé par la Poste. Jeudi, avec le soutien d’une cinquantaine de postiers grévistes, cet ancien facteur est passé devant le tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour « intrusions ».
On lui reproche de se rendre régulièrement dans des centres postaux des Hauts-de-Seine, alors que le syndicaliste ne fait plus partie de l’entreprise depuis son licenciement du 26 mars, autorisé par la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Son comportement suffit à caractériser un « trouble manifestement illicite », selon l’avocat de l’entreprise : « Il s’y rend pour dire qu’il est victime de discrimination syndicale, ses intrusions durent longtemps et le travail est bouleversé ».
L’avocat de la Poste omet de mentionner que sa présence se déroule dans le cadre du mouvement de grève. Depuis le 26 mars, au moins dix bureaux de Poste des Hauts-de-Seine mènent une grève reconductible pour réclamer sa réintégration et dénoncer les conditions de travail, à l’appel de Sud activités postales. Avec son syndicat majoritaire dans les Hauts-de-Seine, le secrétaire départemental Gaël Quirante continue de mobiliser des salariés. « On est dans une phase ascendante de la protestation, des salariés nous rejoignent ou se remettent en grève, c’est le cas à Clichy et Malakoff », explique le militant.

Les faits reprochés relèvent de son mandat syndical

Une force de frappe considérable, qui lui a valu les foudres de l’entreprise à maintes reprises. En septembre 2011, il avait écopé d’une amende de 1 500 euros avec sursis pour « séquestration » de cadres de l’entreprise, avant de faire appel de cette décision et de voir la peine confirmée en février 2013. Malgré sa condamnation judiciaire, l’inspection du travail a refusé systématiquement son licenciement, qualifié dans son rapport d’enquête remis à la direction générale du travail (DGT) de « discriminatoire » en raison de son appartenance syndicale. Le texte pointe également les nombreuses sanctions à l’encontre de Gaël Quirante, qui a été convoqué à dix entretiens disciplinaires, subi 264 jours de mise à pied cumulés et quatre tentatives de licenciement…
« Depuis 2010, ils ont tout fait pour le licencier au prix de manœuvres assez bizarres, nous affirme son avocat Julien Rodrigue. Aujourd’hui, ils sont arrivés à le licencier pour faute lourde, mais il est toujours dans les centres postaux. » Selon lui, les faits reprochés relèvent simplement de l’exercice de son mandat syndical : « Gaël possède un mandat par son organisation syndicale, il a ainsi le droit de pénétrer sur les sites et de s’adresser aux salariés. C’est le cas d’un ancien salarié dans les Bouches-du-Rhône, actuellement retraité et mandaté par la CGT pour intervenir auprès des agents. Ça n’a pas l’air de poser de problème avec la direction. » Et d’ajouter : « Il peut également négocier avec la Poste », alors que cette dernière a refusé, le 3 avril, de recevoir une délégation de grévistes à laquelle participait le syndicaliste Sud. L’avocat demande au tribunal de débouter l’entreprise publique de sa demande et de la condamner à verser une amende de 3 000 euros. La juge des référés rendra sa décision ce vendredi à 17 heures.
Photo AFP
Lola Ruscio
Article tiré de l’Humanité . le 12 avril 2018
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s