Le nombre de détenus dans les prisons bat un nouveau record

Selon la Direction de l’administration pénitentiaire française, qui a publié les derniers chiffres officiels ce jeudi 19 avril, le nombre de détenus dans les prisons vient de franchir le seuil des 70 000 personnes.

L’inflation carcérale se poursuit, s’aggrave et devient chronique. Au 1er avril, 70 367 personnes étaient incarcérées en France, 137 de plus qu’à l’époque du précédent record enregistré le 1er avril de l’année dernière. La capacité des prisons pour accueillir ces détenus étant d’environ 60 000 places, cela veut dire que le taux d’occupation atteint aujourd’hui 118 %.

La surpopulation est encore plus forte dans les maisons d’arrêt, qui abritent les prévenus en attente de leur procès et les personnes condamnées à de courtes peines. La densité carcérale atteint ici 143 %.

Plus de mineurs et de femmes derrière les barreaux

Tous ces records ne surprennent pas du tout Cécile Marcel, directrice de l’Observatoire international des prisons : « Cela correspond à une tendance présente depuis des années déjà et il n’y a aucune raison aujourd’hui pour que cette tendance s’inverse dans la mesure où aucune mesure n’a été prise pour s’attaquer aux causes de cette surpopulation carcérale. On constate avec ces chiffres inquiétants une hausse importante du nombre de prévenus, c’est-à-dire des gens en attente de jugement et donc présumés innocents ; c’est aussi un allongement de la durée de détention, un recours trop limité aux aménagements de peine et aux possibilités de libération conditionnelle. »

Autre phénomène inquiétant : le nombre de mineurs et de femmes en prison ne cesse de croître. Au début du mois, 870 mineurs et plus de 3 000 femmes se trouvaient derrière les barreaux. Pour Cécile Marcel, ce nombre croissant de mineurs est « l’illustration que la répression, que la justice répressive a vraiment grignoté l’ensemble de la justice pénale aujourd’hui, y compris ce domaine de la justice des mineurs alors que jusque là, la réinsertion était vraiment privilégiée sur la détention. »

Selon l’administration pénitentiaire, cette surpopulation est due en partie à l’augmentation du nombre de personnes en attente de jugement, au plus haut depuis 12 ans. Elles sont actuellement près de 21 000.

La ministre de la Justice Nicole Belloubet doit présenter ce vendredi en Conseil des ministres son projet de réforme, qui inclut une profonde refonte du système des peines. Il proscrit les détentions courtes, garantit l’application de celles de plus d’un an et multiplie les alternatives en milieu ouvert.

Photo : AFP – Philippe Lopez
Article tiré de RFI  le 20 avril 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s