«Fête à Macron» à Paris – Les Insoumis sous pression

Les opposants à Emmanuel Macron seront dans les rues de Paris ce samedi 5 mai entre la place de l’Opéra et la Bastille. Une manifestation à l’appel du député insoumis François Ruffin et d’anciens membres du mouvement Nuit debout afin de « faire la fête à Macron » un an après son élection, et qui se déroulera sous haute surveillance. Le traditionnel défilé du 1er Mai a été émaillé d’incidents dont l’exécutif a rendu responsable La France insoumise (LFI). Des accusations que le mouvement de Jean-Luc Mélenchon a fermement rejetées. Reste que les Insoumis sont désormais sous pression.

« Faire la fête à Macron », c’est au sens propre qu’il faut le prendre, pas au figuré. Depuis les incidents du 1er Mai, les Insoumis ne cessent de le répéter. Les casseurs ne sont pas les bienvenus, insiste Jean-Luc Mélenchon : « Ceux qui prétendent qu’une action révolutionnaire c’est de faire ce qui se fait là, je leur suggère de faire leur propre manifestation révolutionnaire et pas venir récupérer les nôtres pour les dévoyer, nous voler nos mots d’ordre, nous voler notre parole et l’enfoncer dans des spectacles de violences qui ne font que servir nos adversaires et effrayer ceux qui peuvent se rassembler. »

Afin que tout se passe bien, un important dispositif de sécurité a été prévu. Pour le député Alexis Corbière, il ne faut surtout pas donner du grain à moudre au gouvernement. « Le gouvernement doit accepter l’idée qu’il y a une opposition et ne doit pas profiter de l’action minoritaire de gens qui n’ont rien à voir avec nous pour en quelque sorte délégitimer comme cela l’adversaire et instiller l’idée que le droit de manifester n’aurait plus de possibilité. Ce serait quand même incroyable », souligne-t-il.

Un succès est d’autant plus important pour les Insoumis qu’il serait de bon augure avant la prochaine grande mobilisation à laquelle ils appellent en compagnie d’autres partis, de syndicats et d’associations. Elle aura lieu le 26 mai et Jean-Luc Mélenchon espère une « marée populaire ».


Un dispositif sécurité musclé

La préfecture muscle le dispositif de sécurité : 2 000 policiers seront mobilisés, soit cinq cents de plus que lors des défilés du 1er Mai.

L’objectif du préfet de Police Michel Delpuech est clair : éviter un nouveau 1er Mai. La « fête » sera sous haute surveillance. Cette fois-ci le dispositif sera « conséquent et puissant » dit la préfecture face à d’éventuels débordements. La répartition des forces de l’ordre est modifiée. Les policiers seront déployés tout au long de l’itinéraire de la manifestation jusqu’à la place de la Bastille.

Les contrôles seront renforcés au début du parcours, place de l’Opéra, et pendant le pique-nique prévu par La France insoumise, pour détecter la présence d’éventuels black blocs, ces militants radicaux, masqués et violents du 1er Mai. Les objets pouvant être assimilés à des armes seront saisis, et leurs détenteurs interpellés.

Mais pas de CRS devant toutes les devantures de commerces ou les banques. Le préfet veut éviter ce qu’il appelle la double peine : des blessés et des lieux saccagés.

Les organisateurs prennent part eux aussi au maintien de la sécurité dans les rangs de la « Fête ». Avec un service d’ordre composé d’après le député François Ruffin de 150 agents et militants. Afin de suivre le parcours des chars Résistance, Napoléon, Dracula ou encore Jupiter.

Photo : AFP/Thierry Zoccolan
Article tiré de RFI  le 4 mai 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s