Trois citoyens toujours incarcérés aux Baumettes pour délit de solidarité

Théo, Bastien et Eleonora croupissent depuis le 22 avril en prison. Leur crime ? Avoir participé à une marche de soutien aux réfugiés à la frontière franco-italienne.

L’affaire est sans précédent et s’apparente indéniablement à de « l’intimidation », estime Eric, militant du Collectif Soutien Migrants 13 Al Manba. Elle concerne trois ressortissants étrangers – deux Suisses, Théo et Bastien, et une Italienne, Eleonora -, actuellement incarcérés à la prison des Baumettes à Marseille, en attendant leur procès, prévu le 31 mai. Ils ont été interpellé le 22 avril dernier à Briançon, dans les Hautes-Alpes, pour avoir participé à une marche de solidarité avec des réfugiés.

Accusés d’avoir favorisé l’entrée d’étrangers en situation irrégulière, avec la circonstance aggravante de « bande organisée », ils pourraient se voir infliger une peine de dix ans de prison et 750 000 d’amende. En d’autres termes, ils sont considérés comme des passeurs. Ce qu’ils réfutent en bloc.

Eric revient sur l’épisode qui les a conduits jusque derrière les barreaux. « Ce dimanche 22 avril, en réaction à l’occupation du Col de l’Echelle par les identitaires [qui ont mis en place une milice pour entraver le passage des exilés, ndlr], une marche solidaire est organisée au départ de Clavière, du côté italien. Des Français, des Suisses et des Italiens y participent, sans intention initialement de passer la frontière. Des migrants, qui occupent alors l’église de Clavière, se joignent à eux. Et finalement le périple se poursuit jusqu’à Briançon où, là, on assiste à une chasse à l’homme de la part de la police. » Six personnes sont arrêtées. Théo, Bastien et Eleonora refusant la comparution immédiate, ils sont placés en détention provisoire.

Au terme d’un parcours d’une vingtaine de kilomètres « qui s’est déroulé dans une ambiance joyeuse », trois citoyens lambdas, « comme vous et moi », dénonce Eric, sont donc suspectés d’appartenir à « une sorte de mafia ».

Rassemblements de soutien jeudi à Gap et Marseille

Alors que le Tribunal de Gap doit se prononcer aujourd’hui sur leur éventuelle remise en liberté conditionnelle, en l’absence des accusés, des mouvements de soutien s’organisent de part et d’autre de la frontière franco-italienne. Après celui de Bardonecchia hier, en présence de l’écrivain Erri De Luca – signataire d’un texte à ce sujet -, deux rassemblements se tiendront ce jeudi de ce côté-ci des Alpes : à Gap (13 heures) devant le Tribunal et à Marseille (18h30) devant la prison des Baumettes. Rassemblements qui ponctuent « la grande campagne » actuellement à l’oeuvre à l’initiative du Collectif Migrants 13 et d’autres associations, indique Eric. « Les gens sont très sensibles » à cette cause qui suscite « un important mouvement de sympathie », souligne-t-il. La décision d’éloigner Théo, Bastien et Eleonora de Gap avait selon lui pour objectif d’enrayer la mobilisation.

Or, « manque de pot, la solidarité s’est organisée et les réseaux ont fonctionné jusque dans la cité phocéenne».

Ironie du calendrier, les faits se sont déroulés au moment même où la si décriée loi Asile et Immigration était examinée en première lecture à l’Assemblée nationale. Le texte, qui réduit considérablement les droits des étrangers, est selon la majorité gouvernementale, censé assouplir le « délit de solidarité ».

Assouplissement tout relatif dans sa philosophie, autant que dans les faits, puisque le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a tout de même tenu à préciser le maintien de sanctions pour « toutes celles et ceux qui voudraient détourner la volonté de l’Etat de contrôler ses frontières ».

Agnès Masseï
Article tiré de la Marseillaise  le 4 mai 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s