Ces centaines de milliards versés aux actionnaires

91,93 milliards d’euros de bénéfices pour les entreprises du CAC 40 en cours de répartition entre actionnaires, 275 milliards versés aux actionnaires par Apple en 5 ans.

De 48 à 80 milliards d’euros d’investissement nécessaire d’ici 20 ans pour mettre les transports français au niveau et notamment le réseau ferré : telle est l’estimation du rapport Duron, rendu en janvier au gouvernement. L’Inspection générale des affaires sociales (Igas) appelle, elle, à un « grand plan d’investissement hospitalier en faveur de la psychiatrie » en février dernier. Un rapport sénatorial de juillet dernier pointe la « vétusté » des équipements militaires, faute d’investissement. Le mouvement social dans les prisons en ce début d’année a jeté une lumière crue sur l’insalubrité de nombreux établissements pénitenciers. Des constats qui pourraient s’étendre aux palais de justice, à certaines écoles, aux commissariats… Partout, le service public a un urgent besoin d’investissement. Et pourtant, les réponses réalisées par l’État sont toujours celles d’un budget contraint devant rejoindre les clous des 3% de déficit autorisés par Bruxelles. Faute de mobiliser l’impôt, il n’y aurait pas d’argent et l’endettement est désormais vu comme une plaie.

La France, championne des dividendes

Pas d’argent ? Jusqu’en juin se déroule la valse des conseils d’administration des grands groupes du CAC 40, des séances où l’on voit que l’argent coule à flot. C’est là que, outre les rémunérations souvent délirantes des grands patrons, sont décidés le montant des dividendes versés aux actionnaires. Et cette édition 2018 devrait être fastueuse car les bénéfices de ces entreprises cotées ont explosé : 91,93 milliards d’euros. L’année précédente elles s’étaient déjà « félicitées » de résultats en forte hausse : 75,8 milliards d’euros de profit. 75,8 milliards qui ont permis à la France d’attribuer pour 55,7 milliards de dividendes. Car l’hexagone est tête de pont en la matière en Europe. A titre de comparaison, les grands groupes allemands n’avaient distribué « que » 34,1 milliards et ceux anglais 32,5  milliards.

Le délire d’Apple

Cette semaine, Apple a annoncé poursuivre son plan de rachat des actions à hauteur de 100 milliards de dollars, non sans communiquer également sur l’augmentation de 16% des dividendes versés pour le premier trimestre ; dividendes et ventes des actions étant les deux mamelles des profits réalisés en bourse.

Ce plan de rachat a été lancé en 2012 par le producteur de l’IPhone. Jusque-là, avec Steve Jobs aux commandes, nuls dividendes n’avaient jamais été versés aux actionnaires. Mais depuis, Tim Cook a pris le relais. Lui, les dividendes, il aime cela, d’autant que c’est une partie de sa rémunération, comme pour de très nombreux dirigeants d’entreprises qui se concoctent ainsi des salaires faramineux – pour mémoire les 15 millions de Carlos Ghosn pour gérer Renault et Nissan en 2016. Et Tim Cook d’ajouter aux dividendes les rachats d’actions, histoire de ne pas être payé qu’en morceau de papier. Cette semaine, on a ainsi appris qu’entre 2012 et 2017, ce sont 275 milliards de dollars qui ont été donnés aux actionnaires. A titre d’exemple, on estime à 100 milliards de dollars par an, le financement nécessaire à la lutte contre le réchauffement climatique.

L’Iphone pollue

Or, sur cette question environnementale, l’Ademe – Agence nationale de l’environnement – et France nature environnement ont réalisé une étude montrant qu’il fallait 70 kilos de matière première pour réaliser un smartphone, qu’on y trouve jusqu’à cinquante métaux différents dont l’extraction se fait souvent avec des produits chimiques ayant pour résultat de polluer l’ensemble des rivières entourant les mines ou nécessite de raser des forêts. Il faut aller les extraire dans des mines, souvent avec des produits chimiques, comme le néodyme. C’est un métal rare présent dans tous les smartphones. Il est extrait en Chine. Tout autour des mines, les rivières sont polluées par des rejets acides. L’Indonésie fournit de l’étain, sur l’île de Bangka. Pour récupérer ce métal rare, on rase les forêts et on empoisonne le sol.

La très sérieuse agence Reuters a, à l’occasion de la sortie de l’IPhone X fin 2017 aux Etats-Unis, calculé qu’Apple faisait 64% de marge. Celle-ci était de 59% pour l’IPhone 8. Enfin, la faiblesse des impôts payés au travers du monde par la marque à la pomme défraye régulièrement la chronique. Reste donc cette terrible équation : pollution + grosse marge + peu d’impôt = dividendes fabuleux.

Photo : AFP
Angélique Schaller
Article tiré de la Marseillaise  le 7 mai 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s