L’art du faux dialogue social

Depuis un an, Emmanuel Macron impose ses réformes libérales au pas de charge. En veillant à mettre en scène un ersatz de concertation.L’exercice a ses limites et se traduit par de vives tensions et des mouvements de grève à l’instar de ceux des cheminots et des salariés d’air France. La négociation, nécessaire à la démocratie, ne fait décidément pas partie du vocabulaire du gouvernement.

La démocratie sociale est mise à rude épreuve depuis un an et l’élection d’Emmanuel Macron.

Sa légitimité issue des urnes le 7 mai 2017 -face à l’extrême droite de Marine Le Pen- n’a jamais été un blanc-seing. Pourtant, au lieu de renforcer le liant qui fait société en mettant le paquet pour renouveler la promesse sociale et républicaine, le jeune chef de l’Etat se plait à opposer les Français les uns aux autres; selon qu’ils soient jeune ou vieux, chômeur ou salarié, agriculteur ou cheminot…. Quitte à fracturer un peu plus la société.

L’ancien ministre de l’économie de François Hollande s’appuie sur tous les leviers institutionnels de la Ve République pour avancer et dérouler son programme sans tenir compte des conséquences et des aspirations réelles du pays.

Code du travail: 48 réunions de « concertation »

Lundi, dans les colonnes de la Marseillaise, l’ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon, l’exprimait en ces termes: « Je préférerais que dans une démocratie comme la nôtre, le dialogue puisse s’organiser, qu’on ait des moments de pause dans lesquels on réfléchisse à l’intérêt général. Sauf que nous n’avons pas aujourd’hui un gouvernement qui sert l’intérêt général ».

Organiser le dialogue, Macron et son premier ministre, en bons communicants, en donnent pourtant la (grande) illusion. L’image était frappante au moment de la réforme du code du travail. Tous les responsables des syndicats ont été reçus et la ministre du travail Muriel Pénicaud s’est vantée sur tous les tons des 48 réunions organisées à son cabinet de la rue de Grenelle avant la rédaction des ordonnances. Sauf que tout était ficelé par avance et que la démolition des protections des salariés a été imposée.

Edouard Philippe joue à son tour le vrai-faux négociateur

Encore plus significatif : le bras de fer avec les cheminots dans l’action depuis début avril pour défendre le service public du rail. Hier, les rencontres organisées à Matignon se sont soldées par un échec (lire ci-contre). Le chef du gouvernement a joué à son tour le rôle de vrai-faux négociateur; sauf que rien de nouveau n’est sorti du chapeau du Premier ministre. Il aura fallu pourtant plusieurs semaines de grève pour que les syndicats obtiennent ces rendez-vous. Pour rien. Force est de constater que le gouvernement «triche» en matière de dialogue social et qu’il mime la négociation plus qu’il ne la tient. Il y a une exception : les seuls interlocuteurs qui trouvent grâce à ses yeux sont les représentants du patronat. Les autres, y compris les syndicats les plus conciliants comme la CFDT, sont méprisés.

Air France, l’exemple qui montre les limites de la stratégie du gouvernement

Mais cette stratégie de passer outre les corps intermédiaires et de prendre à témoin l’opinion publique, a ses limites. L’exemple d’Air France est éclatant. Le PDG Janaillac a tenté, avec l’appui du gouvernement, de contourner l’intersyndicale en organisant une consultation de tous les salariés. Las, ces derniers ont voté à plus de 55% contre le référendum patronal, poussant le PDG à la démission.

Mais l’exécutif ne fait pas preuve pour autant d’amateurisme. Il n’est tout simplement pas en phase avec les citoyens. Emmanuel Macron et son gouvernement représentent ceux que Jérôme Fourquet – directeur du département « Opinion et stratégies d’entreprise » d’Ifop – qualifient de « catégories les plus favorisées qui se sentent de moins en moins liées par un destin commun au reste de la collectivité nationale, au point que certains de leurs membres ont fait sécession ». Pour résumer, ceux qui ne sont pas motivés par l’intérêt général.

Françoise Verna
Article tiré de la Marseillaise  le 9 mai 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s