Nucléaire iranien – Une victoire éclatante pour Nétanyahou, mais à quel prix ?

En se retirant de l’accord sur le nucléaire iranien, Donald Trump a repris in extenso l’argumentaire israélien martelé depuis des années par le Premier ministre israélien. Mais cette décision pourrait accélérer la confrontation entre Israéliens et Iraniens sur le terrain syrien. 

Il y avait eu le Brexit, voici le «Nix it», dernier séisme en date hérissant un monde géopolitique où l’autrefois impensable devient le plus plausible. Donald Trump, bien sûr, se rengorgera de son audace et de sa capacité à tenir ses promesses, consistant principalement à atomiser l’héritage diplomatique de Barack Obama. Mais si victoire il y a dans le retrait sec des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien – dit aussi JCPoA (pour «Joint Comprehensive Plan of Action») – elle appartient toute entière à Benyamin Nétanyahou.

Cela fait presque une décennie, depuis son retour au pouvoir en 2009, que le Premier ministre israélien le répète : aucun accord avec l’Iran est préférable à un mauvais accord. Après 2015, de pupitres en pupitres, «Bibi» a confectionné un mantra en anglais aussi accrocheur qu’un slogan publicitaire : «Fix it or nix it» («réparez-le ou supprimez-le»). «Nix it» a donc choisi Trump. Probablement à dessein, c’est bien le seul élément de langage typiquement «bibiste» que le Président américain s’est gardé de reprendre. Pour le reste, l’allocution de Trump a résonné auprès des habitués comme un incroyable compendium de la doxa israélienne de la dernière décennie sur l’Iran. Presque une performance de karaoké. Le dernier biographe du leader israélien, l’éditorialiste d’Haaretz Anshel Pfeffer, est formel : «le Président américain a adopté la doctrine Nétanyahou en bloc et en a fait la politique américaine officielle».

Alibi 

Dans cette affaire, Nétanyahou est autant un inspirateur qu’un complice. Celui qui a fourni à Trump le «smoking gun» :le pistolet fumant, la preuve irréfutable – ou présentée comme telle. Une semaine plus tôt, le likoudnik délivrait en mondovision sa désormais célèbre présentation PowerPoint titrée «L’Iran a menti», exhibant les copies des archives du programme nucléaire iranien du début des années 2000, supposément subtilisées en janvier dans un entrepôt de Téhéran par le Mossad. Les experts pro-JCPoA et la plupart des chancelleries avaient levé les yeux au ciel : «rien de neuf ici». Mais le but n’était pas de convaincre, c’était de fournir un alibi à Trump. Qui n’a pas manqué, mardi, de s’appuyer lourdement sur cette «preuve définitive» pour justifier sa décision.

Comme sur la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël, Nétanyahou obtient de Trump le maximum. Et plus encore qu’il n’avait publiquement osé réclamer, avec ici le retour immédiat des sanctions «au plus haut niveau» contre l’Iran. Un point capital pour Nétanyahou, persuadé que l’asphyxie économique de la République islamique pourrait provoquer le renversement du régime des mollahs, une de ses obsessions de toujours.

En outre, le Président américain a égrainé toutes les exigences israéliennes pour envisager un nouvel accord : des restrictions drastiques sur le balistique iranien, le confinement de l’activité iranienne dans la région et la disparition des fameuses clauses «sunset», ces dates butoir envisageant une reprise de l’enrichissement de l’uranium.

À peine le micro de Trump coupé à Washington, Nétanyahou prenait la parole à son tour. Pour être derrière son pupitre à Jérusalem, il a écourté un sommet à Chypre afin de saluer la décision «courageuse» et «historique» de son homologue américain, répétant quasi-mots pour mots l’argumentation de Trump. Coordination totale.

«L’accord n’a pas repoussé la guerre, il l’a rapprochée»

La victoire a cependant un prix : celui de précipiter le risque d’affrontement direct avec l’Iran en Syrie. Nétanyahou fait le même diagnostic, même en partant du point de vue opposé aux pro-JCPoA: selon lui, «l’accord n’a pas repoussé la guerre, il l’a rapprochée», comme il l’a répété mardi.

Ces derniers jours, le Premier ministre a préparé l’opinion à une telle éventualité («mieux vaut [un conflit] maintenant que plus tard», déclarait-il dimanche), alors qu’Israël a récemment intensifié ses frappes sur ce qu’il désigne comme des «bases iraniennes» en Syrie, lesquelles auraient tué près d’une vingtaine de Gardiens de la révolution. Téhéran a promis de venger ses morts, mais restait jusqu’ici suspendu à la décision américaine.

Peu avant l’allocution de Donald Trump, les habitants du plateau du Golan ont reçu la consigne d’ouvrir et de préparer les abris, après que le renseignement israélien ait repéré «des mouvements anormaux des forces iraniennes» en Syrie. Les réservistes spécialisés dans le maniement des batteries antimissiles ainsi que le renseignement ont été rappelés, mais, pour l’heure, pas les combattants.

Frappes «préventives» au sud de Damas

«L’armée est prête, l’armée est forte, et quiconque veut nous tester sentira la puissance de notre bras», a tweeté en hébreu le Premier ministre dans la soirée, alors que les médias syriens proches du régime de Bachar al-Assad faisaient état d’une attaque israélienne sur une base au sud de Damas. Selon plusieurs sources étrangères citées par la presse israélienne, des chasseurs de Tsahal auraient conduit une attaque «préventive» contre des missiles pointés vers l’Etat hébreu.

La population israélienne, dans sa grande majorité opposée à l’accord iranien, a passé la soirée rivée à ses smartphones, entre les résultats de la demi-finale de l’Eurovision (Israël fait figure de favori cette année à en croire les bookmakers) et les alertes de Tsahal. Sous les posts Facebook adulant Trump d’un très populaire groupe communautaire de Tel-Aviv, le débat faisait rage. «Ceux qui font la fête ce soir doivent avoir préparé leur uniforme pour aller se cogner nos copains au Nord, avertissait ainsi un jeune israélien, mais je pense plutôt que quand la merde va toucher le ventilateur, ce seront les mêmes qui vont sortir leur double nationalité [américaine et israélienne, ndlr] et nous laisser seuls, nous, les pauvres locaux qui n’ont pas le choix de faire face.»

Faucons

Le JCPoA «déchiré» comme promis par Trump, les faucons israéliens semblent être déjà passés à autre chose. Interrogé par Libération quelques heures avant l’allocution de Trump, Yaakov Amidror, virulent adversaire de l’accord sur le nucléaire iranien et principal conseiller à la sécurité nationale de Nétanyahou entre 2011 et 2013, haussait les épaules : «C’était un très mauvais accord, mais nous n’oublions pas que Trump a pris une décision servant avant tout ses intérêts domestiques. Il y a trois ans, le débat c’était uniquement les capacités nucléaires de l’Iran. Maintenant, l’urgence, c’est cette machine de guerre iranienne en Syrie, à  1500 km de Téhéran et à 15 kilomètres de la nôtre. Ils en avaient déjà une au Liban : le Hezbollah. Ils tentent d’en construire une autre, en version plus puissante.»

Le major-général à la retraite énumère : «Regardez ce qu’ils installent en Syrie : missiles sol-air, missiles sol-sol, unités des Gardiens de la révolution, des milliers de combattants chiites, une véritable légion étrangère iranienne. Tout ça, c’est pour combattre qui? Les Russes?», ironise-t-il. Et de prévenir : «Nous ne laisserons pas faire. On a fait l’erreur au Liban (de les laisser s’implanter, ndlr), on ne la refera pas deux fois. Nétanyahou n’a pas la gâchette facile mais il sait que les Iraniens sont aujourd’hui plus faibles qu’ils ne le seront dans un an, et plus encore que dans deux. La meilleure heure pour les arrêter c’est aujourd’hui. Ce n’est pas une menace en soit plus dangereuse que l’arme nucléaire, mais elle est ici et maintenant.»

Mercredi matin, Nétanyahou s’est envolé pour Moscou, le nouveau maître du jeu syrien. Sur le tarmac encore plongé dans la nuit, le Premier ministre israélien a expliqué «qu’à la lumière de ce qui se passe en Syrie, il est nécessaire de s’assurer de la continuité de la coordination entre l’armée russe et Tsahal».

Photo : AFP – Ronen Zvulun
Guillaume Gendron 
Article tiré de Libération  le 9 mai 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :