Suppression de la taxe d’habitation – Une promesse qui coûte cher

 

Mal ficelée, la suppression de cet impôt pour tous les Français laisse (au moins) un trou de 10 milliards d’euros dans les prochains budgets de l’Etat. Le gouvernement promet de la financer par des économies supplémentaires. Pour qui ? 

C’est souvent comme ça avec les promesses de campagne : elles permettent à un futur président de la République de l’emporter. Mais au moment de les appliquer, elles se révèlent être un vrai casse-tête politique et budgétaire dans les premières années du mandat. Emmanuel Macron n’échappe pas à la règle. Sa proposition de supprimer la taxe d’habitation «pour 80 % des ménages» l’a bien aidé à convaincre une partie des classes moyennes et populaires de voter pour lui dès le 1er tour de l’élection présidentielle. La fin d’un impôt qui voit une même famille, avec les mêmes revenus et le même type de logement, payer deux montants différents en fonction de la ville où elle habite ? Forcément, ça ramène des voix…

Une facture à 26,3 milliards

Mais comme François Hollande avait profité de sa promesse de taxe à 75 % pour lui assurer une partie du vote de gauche avant de se faire retoquer par le conseil constitutionnel, Emmanuel Macron voit lui revenir en boomerang, dès sa première année au pouvoir, une réforme mal ficelée juridiquement : tout en lui garantissant un sursis, les sages se sont inquiétés du poids fiscal pesant, à partir de 2020, sur les 20 % des ménages les plus aisés qui continueraient à payer cette «TH». Macron a donc choisi de la supprimer pour tout le monde. «Au plus tard d’ici à 2021», a précisé Matignon mercredi.

Ce réajustement a forcément un prix. Puisque Macron s’est engagé à compenser les communes et intercommunalités  «à l’euro», le gouvernement a avancé le chiffre de «18 milliards» d’euros : 10 milliards déjà prévus dans le budget pour les «80 %» et 8 milliards pour les «20 %» restants. Une somme qui, elle, n’a pas été inscrite dans la «trajectoire budgétaire» de la France, envoyée il y a quelques semaines à Bruxelles, et qui prévoit un retour à l’équilibre budgétaire en fin de quinquennat. Mais selon les calculs du sénateur Alain Richard (La République en marche), et de l’ex-préfet Dominique Bur, auteurs d’un rapport sur la réforme des finances locales remis mercredi au Premier ministre, Edouard Philippe, c’est une facture à 26,3 milliards d’euros que l’Etat va devoir compenser. Dont 10 milliards, selon leurs décomptes, non prévus aux prochains budgets.

Une seule piste possible : faire des économies

Le gouvernement a déjà laissé entendre qu’il maintiendrait une taxe sur les résidences secondaires qui concerne, normalement, les foyers les plus aisés, pour garder 2,5 milliards d’euros. Resterait donc – si tout va bien – à financer 6,5 milliards d’euros. Comment ? En augmentant les impôts ? L’exécutif s’y refuse. Comme il exclut de dévier de sa trajectoire de réduction du déficit budgétaire inscrite dans le marbre européen. En profitant de la «bonne fortune fiscale» due au retour d’une croissance à 2 % bien meilleure que prévue ? Le gouvernement répète que ce surplus de recettes doit servir au «désendettement du pays» et non à financer des «cadeaux fiscaux». D’autant plus s’il s’agit de couvrir une mesure qui profitera, une fois de plus, aux Français les plus aisés du pays.

Alors comment ? Reste une seule option : celle des économies. Or, pour tenir ses engagements, l’exécutif doit déjà trouver 100 milliards d’euros d’ici à la fin du quinquennat. Le tout alors que le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, promet aux entreprises de nouvelles baisses d’impôts et que la reprise (même partielle) de la dette de la SNCF pèsera elle aussi quelques milliards d’euros dans les prochains budgets. Des économies, donc, que le gouvernement va devoir vite préciser : ce n’est qu’à ce moment-là qu’on verra qui paye finalement la suppression de la taxe d’habitation pour les 20 % des foyers les plus aisés.

Lilian Alemagna
Article tiré de Libération  le 10 mai 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :