Washington veut imposer à l’Iran les sanctions «les plus fortes de l’histoire»

Les Etats-Unis ont menacé l’Iran de sanctions « les plus fortes de l’histoire » si Téhéran ne se plie pas à leurs conditions draconiennes pour conclure un « nouvel accord » beaucoup plus vaste, après le retrait américain controversé du texte sur le nucléaire iranien. Téhéran n’a pas tardé à réagir.

Le secrétaire d’Etat américain présentait ce lundi 21 mai à Washington sa stratégie pour l’Iran. Il a évoqué une « pression financière sans précédent » sur le régime iranien avec les sanctions « les plus fortes de l’histoire ». Les récentes annonces ne sont qu’un début, a prévenu Mike Pompeo qui estime que le poids des sanctions américaines finira par contraindre la République islamique à faire un choix : sauver son économie ou continuer à se battre à l’étranger.

L’aiguillon des sanctions sera de plus en plus douloureux si le régime ne change pas de cap et ne renonce pas à la voie inacceptable et contre-productive qu’il a choisie pour lui-même et pour le peuple iranien. Quand elles seront en place, ce seront les sanctions les plus sévères de l’histoire.
Mike Pompeo 

Washington impose douze conditions à Téhéran

Le chef de la diplomatie américaine a posé douze conditions pour un allègement de ces sanctions, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet. Elles sont d’une extrême exigence. Sur le plan nucléaire, les Etats-Unis vont bien au-delà de ce qui était prévu par l’accord de Vienne. Ils réclament notamment un accès des inspecteurs internationaux à tous les sites, y compris militaires. Washington demande également à Téhéran de renoncer à son programme de missiles balistiques, de relâcher les prisonniers américains détenus dans ses prisons, de cesser de soutenir les groupes terroristes comme le Hezbollah ou le Hamas et de retirer toutes les forces sous commandement iranien en Syrie.

Ces douze conditions peuvent sembler irréalistes, a reconnu Mike Pompeo, mais ce sont des demandes « basiques », a-t-il assuré. Demandant le « soutien » des alliés de Washington, notamment européens, le secrétaire d’Etat américain a prévenu : les entreprises qui feront affaire en Iran dans des secteurs interdits par les sanctions américaines « seront tenues responsables ».

Et si le secrétaire d’Etat s’est gardé d’appeler directement à un changement de régime à Téhéran, il y a fait allusion à plusieurs reprises. « Au bout du compte, le peuple iranien devra faire un choix sur ses dirigeants », a-t-il déclaré.

Pour Téhéran, les Etats-Unis ne pouvent pas décider seuls

Téhéran n’a pas tardé à réagir. « Le monde d’aujourd’hui n’accepte pas que les Etats-Unis décident seuls » à sa place, a affirmé le président Hassan Rohani. « Le peuple iranien a entendu des centaines de fois de tels propos et n’y prête attention », a-t-il ajouté. L’Iran subit en effet des sanctions américaines depuis près de 40 ans qui se sont durcies progressivement ces 20 dernières années, rappelle notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi.

Hors de question donc pour Téhéran d’accepter les conditions fixées par Washington. Différents responsables iraniens ont affirmé ces derniers jours qu’il n’était pas question de renégocier l’accord nucléaire ni d’entamer des négociations sur le programme balistique de l’Iran ou encore sur son rôle et influence dans la région. La République islamique compte sur les pays européens, mais aussi la Russie et la Chine pour contrebalancer les pressions américaines.

Photo : REUTERS – Jonathan Ernst
Article tiré de RFI  le 21 mai 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s