Renouvellement, communication… Le PCF à la recherche d’un nouveau style

A l’image du choix de Ian Brossat pour conduire leur liste aux élections européennes, les communistes veulent tout changer d’ici leur prochain congrès en novembre, et en particulier leurs têtes (sauf celle du chef, Pierre Laurent) et leur manière de communiquer.

Une crise de style. Le Parti communiste français (PCF), absent des deux dernières présidentielles (le parti a soutenu Mélenchon), court après la lumière. La direction ne se cache pas, elle ne ferme pas les yeux. Au-delà du fond politique, le chef, Pierre Laurent, pointe deux causes : la communication et l’image. Un temps évoqué, un changement de nom du parti n’est plus à l’ordre du jour. Mais un nouveau logo est dans les tuyaux. Il sera peut-être dévoilé lors du prochain congrès, qui se déroulera à la fin du mois de novembre à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). Si le PCF se cherche un nouveau look, c’est qu’il a été dépassé par ses concurrents et ses amis par intermittence, à l’image de La France insoumise.

Il y a peu, un dirigeant nous confiait : «A l’Assemblée nationale, nos députés travaillent bien, il y a des profils super intéressants, mais on a le sentiment que les « insoumis » sont quinze fois plus nombreux que nous alors que ce n’est pas le cas. La différence : ils savent se mettre en avant, communiquer sur les réseaux sociaux. On doit apprendre à le faire nous aussi, on doit revoir tout notre logiciel.» L’image et la communication passent aussi par les visages. Le parti souhaite faire briller de nouvelles têtes pour surfer sur le nouveau monde. La décision de Ian Brossat va dans ce sens : l’adjoint de la maire de Paris, qui mènera la liste communiste lors des élections européennes de mai 2019, est visible dans la capitale. Mais son nom ne dépasse pas le périphérique.

«Tu crois vraiment à une chose pareille ?»

Un pari qui n’a donné lieu à aucun suspens. Pierre Laurent détaille : «Durant le conseil national, on a souvent des discussions, des désaccords, là ça n’a pas été le cas. Ian a fait l’unanimité.» Sa manière d’expliquer que le renouvellement ne fait pas débat dans les rangs. Le chef, qui désir prolonger son bail d’un mandat, poursuit au sujet Ian Brossat en soulignant «une de ses qualités», celle d’être «capable de parler à toutes les forces de gauche». Les communistes proposent d’ailleurs une rencontre, le 2 juillet, avec toutes les forces d’opposition afin de «construire» une «grande liste» aux européennes. L’alliance avec les écolos et Génération.s de Benoît Hamon n’est pas impossible. Par contre, on imagine mal La France insoumise fusionner.

D’ailleurs, depuis que le nom de Ian Brossat a été dévoilé, plusieurs militants et dirigeants du mouvement de Jean-Luc Mélenchon interpellent les communistes sur les réseaux sociaux. Selon eux, l’adjoint d’Anne Hidalgo aimerait, comme à Paris, s’allier avec les socialistes lors des européennes. Une option qui n’a jamais été envisagée par le PCF. Martine Billard, une des responsables de La France insoumise, a interpellé Pierre Laurent : «Sérieux, tu es prêt à faire une liste avec le PS ? PS qui au Parlement européen défend plus souvent les politiques libérales que les intérêts des travailleurs ?» Ce à quoi le chef des communistes a rétorqué : «Sérieusement Martine, tu crois vraiment à une chose pareille ?» Un bon petit début dans la nouvelle communication.

Photo : AFP – Joël Saget
Rachid Laïreche
Article tiré de Libération  le 4 juin 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :