La seconde mort des Gazaouis

En recevant ce mardi en grandes pompes le premier ministre israélien, Emmanuel Macron envoie un signal terrible. Alors que les Nations Unies par la voix de son secrétaire général Antonio Guterres, n’arrive pas à obtenir une enquête indépendante sur les crimes perpétrés par l’armée israélienne dans la bande de Gaza, – du fait du seul veto des Etats-Unis – , tendre aujourd’hui les bras à Benjamin Netanyahu revient à lui donner quitus et à décrédibiliser un peu plus la communauté internationale.

D’autant que la tournée européenne du chef de la droite extrême israélienne a un objectif précis : tenter de tordre le bras aux pays qui ont signé l’accord sur le nucléaire iranien et les pousser à le rompre, ce qui précipiterait cette région dans une crise totale avec pour seule perspective, la guerre. Lundi, en Allemagne, Netanyahu le pyromane a accusé l’Iran de vouloir « mener une guerre de religion en Syrie, en majorité sunnite ».

Que peut-il sortir de l’acte de déférence de Macron ? La décence aurait dû inciter la France à la fermeté. Mais depuis les frappes illégales en Syrie menées dans le sillage de Trump le va-t-en-guerre, la France perd ce qui fit sa grandeur au Proche-Orient: être un acteur au service de la paix.

Françoise Verna
Article tiré de la Marseillaise . le 5 juin 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s