Netanyahu en France – Quelle protection pour les Palestiniens ?

Le Premier ministre de l’Etat hébreu est reçu ce mardi par Emmanuel Macron. Avec, en toile de fond, le massacre à Gaza.

« Il est proprement insupportable, et redoutable pour la politique française et son influence à travers le monde, que l’on sorte le tapis rouge pour les dirigeants d’un Etat qui commet des crimes contre l’humanité. C’est une véritable honte. » Jean-Claude Lefort, président d’honneur de France Palestine Solidarité (AFPS) et député honoraire, résume ainsi l’état d’esprit des nombreux collectifs d’associations, de syndicats et de formations politiques de gauche, qui s’opposent à la réception, ce mercredi, par la France du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Ceux-ci le diront haut et fort à l’occasion des nombreuses manifestations organisées dans tout le pays afin de protester contre la visite de celui qu’ils considèrent comme un criminel de guerre.

Impunité

Le dernier massacre en date de l’armée israélienne s’est soldé par près d’une centaine de morts et des milliers de blessés graves parmi les civils palestiniens. Des vies qui ne pèsent visiblement pas lourd dans la balance économico-politique des relations franco-israéliennes. Il en faut apparemment plus pour émouvoir Emmanuel Macron qui s’apprête à recevoir en grande pompe Benjamin Netanyahu au Grand Palais. Officiellement pour donner le coup d’envoi de la saison culturelle croisée entre les deux Etats censée se poursuivre jusqu’en novembre et ponctuée par des manifestations en France et en Israël.

Les collectifs protestant contre la venue de Netanyahu réclament d’ailleurs l’annulation de la saison France-Israël. « Non pas par hostilité quelconque vis-à-vis des Israéliens, naturellement, mais à l’égard de la politique des dirigeants israéliens », souligne Jean-Claude Lefort. Qui dénonce : « Comment peut-on célébrer, à travers des festivités, un Etat qui depuis soixante-dix ans opprime un autre peuple ? Quelle image, quel message envoyons-nous au peuple palestinien qui n’a toujours pas d’Etat ? »

Relevant que la France est la seule nation au monde à s’adonner à ce genre de manifestation alors même qu’« un crime de guerre s’est passé sous nos yeux et que le sang n’est pas encore refroidi ».

L’accueil de Netanyahu dans ce contexte en dit long sur le virage opéré par la diplomatie française quant au conflit israélo-palestinien. Une diplomatie de moins en moins regardante sur les exactions commises par l’Etat hébreu.

Un « deux poids deux mesures » évident lorsque l’on se souvient, comme le rappelle le représentant de France-Palestine, qu’une initiative de ce type prévue avec le Mexique avait été annulée en raison de la détention par ce pays de Florence Cassez sous la présidence Sarkozy. Deux poids deux mesures encore, au regard de l’impunité dont bénéficie Israël en dépit de ses nombreuses atteintes au droit international. « Quand des dirigeants de la planète, quels qu’ils soient, commettent des actes contraires aux règles internationales, on sort aussitôt une batterie de mesures en réaction qui s’appellent des sanctions. C’est vrai pour la Russie, la Syrie, etc. Pourquoi donc un seul pays est exonéré de cette même démarche ? »

Un alignement atlantiste de plus en plus prononcé et des intérêts économiques n’y sont vraisemblablement pas étrangers. Ce à quoi Jean-Claude Lefort ajoute une hypothèse qui réside dans une certaine « sympathie pour les colonisateurs » au regard de notre propre passé en la matière.

Agnès Masseï 
Article tiré de la Marseillaise  le 5 juin 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s