L’Europe en miettes

Les bases géopolitiques de l’Europe allemande se fissurent. En dépit des coups de force répétés de la Commission européenne et du gouvernement allemand, la vie démocratique des Nations grignote à chaque élection les maillons de la chaîne austéritaire de l’UE. Mateo Renzi, le « Macron italien », a ainsi été évacué du pouvoir de manière aussi fulgurante qu’il y était parvenu. Et le bras de fer imposé par l’Europe dans la composition du nouveau gouvernement italien ne pourra que se retourner contre elle : inexorablement à la prochaine élection, un nombre encore plus grand de citoyens lui diront non. Une deuxième semonce est aussi venue d’Espagne où Merkel perd avec Rajoy un précieux allié de la rigueur dans le Sud du continent. Ce renversement du chef du gouvernement conservateur est loin d’être seulement un événement intérieur espagnol. Car la motion de censure qui a renversé Rajoy n’a été possible que grâce aux élus de Podemos : une force citoyenne dont le refus des diktats européens est l’acte électoral fondateur en Espagne.

Les raisons qu’ont aujourd’hui les Français de rompre avec cette Europe sont elles aussi plus importantes que jamais. Comme l’a dénoncé Jean-Luc Mélenchon à la tribune de l’Assemblée nationale, la France est littéralement rançonnée financièrement par l’UE. Elle fait office de dindon de la farce du Brexit : versant déjà 7 milliards de plus qu’ils ne reçoivent, les citoyens français vont devoir payer encore plus d’ici 2025 pour recevoir … encore moins ! Les premiers touchés seront les paysans, alors que ceux-ci sont déjà les esclaves de l’économie européenne, au point qu’un paysan français sur 2 gagne aujourd’hui moins de 350 euros par mois ! Une misère agricole qui concerne tous les citoyens car elle est liée à un modèle productiviste qui dégrade la qualité de notre alimentation et donc de la santé publique. Dans ce domaine, l’Europe nous promet encore une fois le pire, en venant d’autoriser, après deux ans de tractations secrètes, la fusion entre Bayer et Monsanto, pour donner naissance à un pollueur géant qui prétend « contrôler toute la chaîne de production agricole ».

Rompre avec cette politique européenne va devenir une question de survie pour le grand nombre. Les élections européennes de 2019 doivent être le grand rendez-vous citoyen pour sortir de cette impasse. La crise européenne, devenue permanente, doit être soldée une bonne fois pour toutes. C’est désormais à la portée d’une majorité de pays européens et le peuple français a un rôle particulier à jouer. Car Sarkozy puis Hollande et encore plus Macron ont peu à peu réduit la France au rôle de dernière béquille de cette Europe allemande. Au point que Macron est aujourd’hui le seul à défendre le Fonds Monétaire Européen que veut créer Merkel. Ce modèle est tellement malade que le jour où la France cessera de soutenir aveuglément la politique allemande, cette Europe sera révolue. Et avec elle s’effondrera le pacte d’austérité qui étrangle aujourd’hui les peuples de tout un continent.

 Laurent Maffeïs du Parti de gauche
Article tiré de l’Heure du peuple, journal insoumis . le 6 juin 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s