Oui, la croissance française ralentit

La Banque de France ramène sa prévision de croissance pour 2018 à 1,8%. Si le PIB reste «robuste» le gouvernement risque de devoir couper dans les dépenses s’il veut tenir ses engagements européens de réduction du déficit public.

Et si l’exécutif avait vu trop gros ? Et si le gouvernement allait devoir composer en 2018 avec une croissance bien moins élevée que les 2% prévus dans sa trajectoire budgétaire envoyée au printemps à Bruxelles ? C’est en tout cas ce qui ressort des nouvelles prévisions économiques de la Banque de France livrées jeudi soir. Selon l’institution, si «la croissance du PIB français resterait robuste en 2018, à 1,8%. Elle se réduirait ensuite légèrement à 1,7% en 2019 et 1,6% en 2020». En mars, la Banque de France voyait encore le PIB tricolore à 1,9%. Dans son programme de stabilité posté à la Commission européenne, le gouvernement anticipait 2% en 2018, 1,9% en 2019 et 1,7% en 2020.

Certes, cette baisse n’a rien d’alarmant et avait déjà été pointée par l’Insee. Mais ce léger tassement confirme les interrogations autour de l’économie française, liées aux contextes européen et mondial agités. «Les incertitudes politiques ont très significativement augmenté en Italie, souligne la Banque de France. La politique commerciale des Etats-Unis pourrait aussi affecter la demande adressée à l’Europe et la France en particulier, et donc la capacité de rebond de nos exportations.» La progression du prix du pétrole, passé de 48 euros le baril en 2017 à 62 euros en 2018, et la hausse du prix du tabac au 1er janvier 2018 pèsent depuis le début de l’année sur la consommation des ménages. Ces derniers devraient également réduire leurs investissements (notamment dans le logement) cette année. Mais, tempère l’institution, le pouvoir d’achat «accélérerait toutefois au fil de l’année, et en particulier au moment où les mesures fiscales soutiendraient fortement le revenu des ménages fin 2018 et début 2019 (baisse de la taxe d’habitation et des taux de cotisations salariales notamment)».

Déficit public : 2,5% au lieu de 2,3% ?

Ce ralentissement ne serait-il donc qu’un passage obligé après un boost économique inattendu fin 2017 ? La Banque de France parie, malgré la guerre commerciale ouverte par les Etats-Unis, sur des «exportations […] soutenues par le dynamisme de la demande mondiale» et juge les entreprises capables de tirer la croissance française : leurs investissements seraient ainsi «soutenus» grâce, notamment, «un coût du capital toujours faible» et de meilleures marges. Cette situation ne pourrait que s’améliorer en 2019 : cette année-là, les entreprises bénéficieront à la fois de leur crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) de 2018 et, en même temps, de baisses de cotisations sociales.

Résultat, estime la Banque de France, le nombre de demandeurs d’emploi redescendrait, dans deux ans, à son niveau d’avant-crise : de 9,2% au premier trimestre 2018, il passerait à 8,2% fin 2020. Ce qui donnerait, en termes de «créations nettes d’emplois» : près de 200 000 en 2018 puis 180 000 par an. Seul nuage qui ne manquera pas d’inquiéter Bercy : le niveau du déficit public. Avec une moindre croissance, il repartirait forcément à la hausse. Contrairement aux prévisions du gouvernement (2,3% du PIB), il serait plutôt, selon le banquier central, de 2,5% en 2018. Pas de quoi craindre un retour sous la barre des 3% qui replongerait la France en situation de déficit excessif aux yeux de la Commission européenne. «Au‑delà de la bonne tenue des recettes due à la poursuite de l’expansion économique, un effort de maîtrise des dépenses publiques reste donc requis», conclut la Banque de France dans sa note. De quoi offrir des arguments aux ministres de Bercy à l’heure où se décident les arbitrages budgétaires préparatoires à la constitution du projet de loi de finances pour 2019.

Photo : AFP – Jacques Demarthon
Lilian Alemagna
Article tiré de Libération  le 15 juin 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :