A Kaboul, des Afghans achèvent une longue marche pour la paix dans leur pays

Sept cents kilomètres de route parcourus à pied pour réclamer la paix en Afghanistan. C’est le défi que s’est lancé un groupe d’hommes afghans partis de Lashkar Gah, dans la province du Helmand (sud), il y a plus d’un mois, pour rejoindre Kaboul, la capitale. Le mouvement a commencé quelques jours après un attentat à la voiture piégée contre un stade,  fin mai dans la ville de Lashkar Gah. L’initiative est inédite dans le pays qui s’enfonce dans la guerre, 17 ans après l’invasion américaine en 2001.

Ils arrivent ce week-end à Kaboul avec un message pour toutes les parties engagées dans le conflit, et qui observent pour l’heure un cessez-le-feu de fin du ramadan, à l’exclusion du groupe Etat islamique (EI). Ce message, c’est la paix.

En file indienne, ils ont marché des semaines, le long des routes, alors qu’il fait plus de 40°. Tous les marcheurs ont observé le jeûne du mois de ramadan. « Nous sommes fatigués, nous voulons la paix », pouvait-on lire sur les banderoles que certains tenaient à bout de bras.

« Nous souhaitons que le gouvernement et les talibans fassent une trêve. Le cessez-le-feu de trois jours pour la fête de l’Aïd n’est pas suffisant », explique Bismilah Watandost, l’un des initiateurs du mouvement. « Nous voulons que les insurgés et le gouvernement s’assoient ensemble et discutent de la paix. Ils doivent trouver une solution pour pouvoir vivre ensemble », insiste-t-il.

Un message adressé aussi aux talibans croisés sur la route

Huit au départ, ils sont désormais plus de 70 à marcher. Parmi eux, plusieurs personnes handicapées comme Zaheer Sultani. « J’ai perdu la vue à cause d’une mine, confie-t-il. J’ai été blessé par les éclats de verre des vitres d’un bus où je me trouvais et qui a sauté sur une mine sur la route entre Kandahar et Hérat. Je sais que je peux aller me faire soigner en Inde, mais je veux d’abord la paix, après je m’occuperai de mes yeux. »

Sardar Ahmad Sarwari est convaincu de l’utilité de leur démarche : « Si les Afghans parlent tous d’une même voix pour réclamer la paix et dire stop à la guerre, je suis sûr que nous réussirons à parvenir à une paix durable. »

Accueillis en héros dans les villages, les marcheurs ont diffusé leur message de paix à la population, aux policiers et aux soldats, ainsi qu’aux talibans croisés sur leur route. Tous partagent le même sentiment de lassitude face à la guerre qui n’en finit pas, disent-ils.

Photo : AFP – Zakeria Hashimi
Sonia Ghezali
Article tiré de RFI  le 16 juin 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s