Semaine sociale agitée à venir dans la région

Dès lundi, des perturbations noircissent le ciel social : dans les chaînes de restauration, dans l’énergie et la santé.

Pour la première fois depuis sa création, le centre informatique du Grand Sud-Est des Finances publiques, situé dans le 10e arrondissement de Marseille, et qui couvre 19 directions des régions Paca était bloqué vendredi dès 9h. Les agents des impôts réagissent « aux menaces sur les missions, les emplois et le risque de fermeture de services dans le cadre de Cap 2022 », précise Philippe Laget pour la CGT.

Le secteur de l’énergie débraye toujours à plein gaz. à Marseille, Salon ou Vitrolles, les sites restent bloqués. Mais chez Enedis, une réunion infructueuse avec la direction le 14 juin débouche sur un bras de fer : « Nous n’avons pas d’autre alternative que d’amplifier et durcir le mouvement en cours », annonce Gilbert Benhamou pour la CGT. Le syndicat organise une « journée entreprise morte » le 21 juin.

Entreprises mortes et blocages

Rien ne va plus dans la restauration en chaîne. Les salariés du groupe Elior qui détient quatre buffets sur l’esplanade de la gare Saint-Charles avaient déjà dénoncé le 31 mars dernier, des conditions de travail dégradées : « Plannings aux changements intempestifs, surveillance vidéo des salariés, management agressif », voire « basé sur le racisme ». Par la suite, 4 grévistes se retrouvent mis sur la voie de sortie par la direction, sans préavis pour 2 d’entre eux. à nouveau mobilisés le 6 juin, puis le 12, les salariés du Monop’Daily remettent le couvert ce lundi 18 juin à 10h devant l’établissement pour obtenir la réintégration des salariés.

A deux pas de Toulon, dans la commune de La Garde, nuit et jour, les salariés d’Hippopotamus ont décidé d’occuper l’établissement de Grand Var. Soutenus par la CGT, ils se mobilisent contre le projet de cession du restaurant. « Le groupe Flo affiche un chiffre d’affaires de plus de 40 millions d’euros pour le seul 1er trimestre 2018, en progression de 2,4%, et restructure à tour de bras : cessions, ventes, achats, modifications du périmètre… », décrit Fabien Lemarca, représentant du personnel. Dix fermetures en France depuis janvier ont laissé 200 sur le carreau.

Dans le Pays d’Aix, plusieurs conflits sont toujours en cours, notamment à l’Ehpad Korian de Vauvenargues où résident 83 personnes âgées dépendantes. Les aides soignantes demandent davantage de moyens humains dans cet établissement. Ce sont les salariés les plus précaires (infirmières, brancardiers, aides-soignants) qui sont en grève à la polyclinique Rambot. Ils protestent contre la suppression de leur prime d’intéressement annuelle de 300 euros.

Enfin à Gardanne, la grève dans les écoles dure depuis deux semaines. Vendredi, mairie et intersyndicale (CGT-FO) tentaient pour la énième fois, de trouver un terrain d’entente. Les grévistes demandent, entre autres, la titularisation d’une partie des agents vacataires.

M.G., G.ST.V et S.G.
Article tiré de la Marseillaise . le 18 juin 2018

Publicités

Une réflexion sur “Semaine sociale agitée à venir dans la région

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s