A Marseille, soutien aux mineurs isolés

Le collectif Soutien Migrants 13 / El Manba appellait au rassemblement samedi après-midi à Marseille pour dénoncer l’inaction du Conseil départemental face à la centaine de mineurs isolés étrangers toujours à la rue.

Danger », « maltraitance », « violence », « abandon », « injustice »… Pour le collectif Soutien Migrants 13 / El Manba, aucun mot n’est assez dur pour dénoncer l’inaction politique face à l’urgence humanitaire : à Marseille, une centaine de mineurs isolés étrangers (MIE) est toujours à la rue, faute de prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE).

« Nombre d’entre eux ont déjà une ordonnance de placement décidée par le juge des enfants et pourtant… Pour les plus chanceux, le Conseil départemental propose une mise à l’abri temporaire et précaire à l’hôtel » alerte le collectif, « ceci n’est pas conforme à la loi dans la mesure où sans un hébergement stable et un suivi approprié pour ces mineurs, leur intégrité physique et psychique reste en danger ».

Absence de volonté politique

Pour l’heure, seule l’action citoyenne permet aux jeunes d’espérer un peu de dignité. Fin 2017, l’occupation de l’église St-Ferréol avait abouti à l’ouverture de Pressensé, lieu d’accueil d’urgence pour une cinquantaine de mineurs en attente d’un placement (qui pour beaucoup, n’arrive jamais).

La volonté politique, elle, ne suit pas. Interpellée plus d’une fois par les associations, Martine Vassal, présidente LR des Bouches-du-Rhône, oppose à la détresse humaine, des « difficultés financières ».

Ainsi, dans le bulletin « Accents de Provence » de ce début d’année, la présidente n’hésitait pas à renvoyer la balle à l’Etat : « Cela représente, pour nous, 20 millions d’euros par an. Nous sommes d’accord pour être à côté de l’État pour gérer ces mineurs, parce que c’est notre rôle, mais on ne peut pas se substituer au niveau des moyens parce que nous n’avons pas la capacité financière de le faire ».

Pour rappeler Martine Vassal à ses devoirs et ses obligations légales, le collectif Soutien Migrants 13 / El Manba organisait un rassemblement devant le Conseil Départemental samedi après-midi : « La « crise migratoire » transformée par l’État en une réelle « chasse aux migrant-e-s » ne touche pas seulement les mineurs isolés, mais toutes les personnes exilées ! Nous revendiquons l’application immédiate de la loi et nous affirmons notre opposition à toute violation de la liberté de circulation » précise le collectif.

Sabrina Guintini 
Article tiré de la Marseillaise  le 19 juin 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s