Nicaragua – La répression des opposants a fait 212 morts et plus de 1300 blessés

Au Nicaragua, la sanglante répression des manifestations qui appellent au départ du président Daniel Ortega a fait 212 morts et plus de 1 300 blessés depuis le mois d’avril. C’est ce qu’affirme la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) ce vendredi, dans un rapport présenté lors d’une session extraordinaire du Conseil permanent de l’Organisation des états américains (OEA), à Washington. La CIDH confirme « la violence étatique » exercée par les forces de l’ordre et des groupes paramilitaires pour « dissuader la participation aux manifestations ». Un nouveau bilan publié à l’issue d’une semaine de violents assauts des forces de l’ordre pour reprendre le contrôle de plusieurs villes du pays.

La CIDH dénonce, ce vendredi, la répression subie par la population au Nicaragua et la censure mise en place par le gouvernement Ortega. Le secrétaire général de l’OAE, réunie en sommet extraordinaire pour l’occasion, « promet la justice » aux familles des victimes : « Les responsables des morts et des atrocités que nous avons documentés et que nous constatons encore au Nicaragua devront payer pour leurs crimes ».

« Fondamentalement, nous avons besoin d’une réponse politique et essentiellement une réponse du pouvoir. Elle est essentielle et la politique ne saurait prévaloir sur la volonté du peuple », déclare également Luis Almagro Lemes, qui réclame une réponse « rapide », car « plus le temps passe, plus il y a de répression, de violence, de morts ». En attendant, l’OAE a d’ores et déjà « initié le travail des observateurs indépendants » et demande « l’arrêt immédiat des violences ».

« Usage arbitraire de la force létale »

Antonia Urrejola, rapporteuse de la Commission abonde dans le même sens. Elle rappelle que la CIDH s’est rendue dans différents hôpitaux à Managua, Leon et Matagalpa, de même qu’à l’institut médico-légal. Elle s’y est entretenue avec des médecins volontaires « qui ont rapporté l’arrivée de blessés par armes à feu, la plupart d’entre eux présentant des impacts de balle à la tête, aux yeux, au cou et au thorax ». Elle y a également « eu connaissance de blessés graves atteints par balles dans le dos », tandis que les rapports d’autopsie qu’elle a analysés montrent « dans de nombreux cas » des orifices d’impact situés sur des zones vitales. Autant d’éléments qui mettent en lumière « un usage arbitraire de la force létale et l’existence d’exécutions extra judiciaires ».

La CIDH attire aussi l’attention sur l’âge des victimes : « La majorité des 212 personnes assassinées sont des jeunes ». Il y a eu notamment « 16 enfants et adolescents victimes de mort violente dans le contexte de la répression des manifestations ». « On ne peut pas recourir à la force potentiellement létale simplement pour maintenir ou restituer l’ordre public » conclut Antonia Urrejola.

L’organisation qu’il représente propose pour sortir de la crise « un chemin vers la démocratie » rapporte enfin Luis Almagro Lemes, avec l’organisation d’élections générales, présidentielles et parlementaires anticipées, « dans un minimum de 9 mois, le temps de réviser le registre électoral ».

Photo Reuters/Jorge Cabrera
Article tiré de RFI  le 22 juin 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s