Les hôpitaux marseillais plombés par 550 millions d’euros de déficit cumulé

La chambre régionale des comptes a rendu public un rapport cinglant sur la situation financière de l’Assistance publique des Hôpitaux de Marseille sur la période 2009-2016. Les juges dénoncent « une gestion défaillante ». Résultat : un milliard de dettes et un plan dit de « modernisation » qui prévoit des suppressions d’emplois.

L’analyse des juges financiers de la Chambre régionale des comptes (CRC) claque comme une gifle. L’Assistance publique des Hôpitaux de Marseille( AP-HM), « souffre d’un déficit structurel chronique qui s’explique par une gestion défaillante ». Et ce n’est pas faute d’avoir alerté, déplorent les rédacteurs du rapport de la CRC, rendu public hier. Ces « insuffisances ont été dénoncées à maintes reprises (..) Les nombreuses recommandations faites par le passé auraient dû conduire à un rétablissement financier, mais elles ont été peu suivies. En conséquence, la situation financière de l’AP-HM, déjà très dégradée, a continué à se détériorer gravement, y compris durant la période récente », synthétise la CRC dont l’enquête porte sur la période 2009-2016. En chiffres, cela donne un déficit cumulé de 550 millions d’euros et une dette qui frise le milliard en 2016. Pour les juges, « en l’absence de stratégie et à défaut de disposer des outils nécessaires, le pilotage a été réalisé à vue pendant cette période ». Aujourd’hui, la question est de savoir quel peut être, dans ces conditions, l’avenir du premier centre hospitalier public de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (le 3e de France) qui emploie quelque 15 000 agents et assure une activité de plus de 180 000 séjours annuels ? Pour la direction actuelle de l’AP-HM -le nouveau directeur général Jean Olivier Arnaud a pris ses fonctions en mai 2017- le salut viendra du «projet de modernisation» présenté devant le « Comité interministériel de performance et de la modernisation de l’offre de soins » (Copermo) et validé en janvier 2018. Les 300 millions d’euros prévus pour « moderniser » l’AP-HM seraient financés par l’Etat à 50 %. Mais le gouvernement exige dans le même temps des économies drastiques. Il n’empêche, la direction parle d’ « un avenir optimiste résolument engagé.»

Audrey Jolibois (FO) : « L’Etat doit effacer une partie de la dette»

Les agents n’ont pas la même vision. Pour Audrey Jolibois, secrétaire générale du syndicat FO de l’AP-HM, « les économies se font et se feront essentiellement sur le personnel. Résultat, on se retrouve dans des situations catastrophiques dans les services avec, par exemples, des emplois non remplacés et des ouvertures d’unités à effectifs constants » La syndicaliste fait une proposition : « si l’État ne nous aide pas, on ne va pas s’en sortir. Il doit prendre ses responsabilités et effacer une partie de la dette ».

Françoise Verna
Article tiré de la Marseillaise  le 4 juillet 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s