La justice sucre 2 millions d’euros au Rassemblement national

Le parti de Marine Le Pen devait toucher cette somme lundi au titre du financement de la vie politique. Les juges d’instruction enquêtant sur l’affaire des assistants l’ont saisie en vue de la possible réparation du préjudice au détriment du Parlement européen. 

Un paiement attendu ne tombera pas ce lundi dans les caisses du Rassemblement national (ex-Front national). Dans une ordonnance en date du 28 juin, les juges d’instruction qui enquêtent sur de possibles emplois fictifs au sein du parti présidé par Marine Le Pen ont décidé de retenir 2 millions d’euros d’aides publiques qui devaient être débloquées au titre du financement de la vie politique pour l’année en cours. L’information a été dévoilée ce dimanche par RMC. A l’AFP, une source proche du dossier parle d’une «saisie pénale» qui pourrait être provisoire.

«Disparition programmée»

«En confisquant notre dotation publique sans jugement sur cette pseudo-affaire des assistants, les juges d’instruction nous appliquent la peine de mort à titre conservatoire», a réagi Marine Le Pen sur Twitter. Dans un communiqué, elle ajoute que cette «avance» était «vitale pour son fonctionnement courant comme le paiement des salaires ou du loyer du siège»«Le caractère politique de l’initiative ne fait aucun doute, poursuit-elle. Notons aussi que la décision intervient sur réquisition du parquet. Or les pouvoirs publics qui n’ignorent rien de la difficulté financière de tous les partis politiques savent que cette décision de blocage de ses moyens de subsistance signifie pour le Rassemblement national la cessation de paiement à la fin du mois d’août et donc pour un parti politique, sa disparition programmée».

L’héritier du FN assure qu’il doit normalement percevoir 4,5 millions d’euros par an pendant la mandature en cours, une somme directement corrélée aux résultats obtenus aux élections législatives de 2017. D’un montant total de 63 millions d’euros l’an dernier, cette aide, qui devait s’élever à environ 68 millions d’euros en 2018, est la principale source de financement des partis politiques.

Rémunération occulte

Dans l’affaire des emplois présumés fictifs d’assistants des eurodéputés du RN à Bruxelles, le préjudice est estimé à quelque 7 millions d’euros, sur la période courant de 2009 à 2017. Dans ce dossier, dix personnes ou entités sont mises en examen, dont le parti en tant que personne morale et neuf assistants ou eurodéputés, parmi lesquels Marine Le Pen, depuis plus d’un an, et le député des Pyrénées-Orientales Louis Aliot. Vendredi, l’eurodéputé Bruno Gollnisch, l’un des cadres historiques du mouvement, a été mis en examen à son tour.

Les juges d’instruction cherchent à déterminer si le parti, qui a changé de nom au mois de juin, a organisé un «système» de rémunération occulte. Des permanents du Rassemblement national auraient été salariés avec des fonds européens réservés à l’embauche d’assistants parlementaires. L’enquête a été ouverte en 2015 après un signalement de l’ex-président social-démocrate du Parlement européen, Martin Schulz. Elle vise plus d’une cinquantaine de personnes. La justice européenne a déjà exigé de certaines d’entre elles, dont Marine Le Pen, des remboursements s’élevant à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Photo : AFP – Philippe Lopez
Article tiré de Libération  le 8 juillet 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :