Marseille – Des classes ferment et les CP passent de 12 à 15 élèves

Parents d’élèves et enseignants de l’Académie des Bouches-du-Rhônes ne partiront pas le coeur léger en vacances. Pour les zones dites prioritaires, la promesse de classe à 12 élèves ne sera tenue et des classes seront surchargées voir supprimées. Perspectives.

Dans la chaleur de l’été et à quelques jours du début des vacances scolaires, personne n’aurait osé imaginer que les promesses du président Macron allaient rapidement faire pschitt. Alors que comme chaque année à pareille époque, les services académiques procèdent aux derniers réajustements de carte scolaire (décision d’ouvertures et de fermetures de classes, en fonction des effectifs scolaires), les syndicats ont claqué la porte, lundi d’une réunion de travail. Celle-ci sera reportée finalement au 11 juillet. C’est la première fois que des mesures de carte scolaire (27 ouvertures et 20 fermetures de classes) sont annoncées dans un tel climat de défiance.

« On ne tient pas compte des besoins réels »

Si, sur le papier, on ouvre plus de classes que l’on en ferme, ce solde positif cacherait une toute autre réalité : « le problème c’est en terme de besoins réels », affirme Claire Billès, secrétaire générale du Snuipp-FSU. Qu’elle ne fut pas la surprise des organisations syndicales de découvrir, en réunion de travail, que les effectifs de CP ou CE1 qui seront dédoublés à la rentrée dans les réseaux d’éducation prioritaire, ne seraient plus de 12 élèves, comme l’avait promis Macron. Ils pourraient varier entre 14 et 15 élèves et pour récupérer des moyens, des classes seraient fermées.

« On s’arrange avec les effets d’annonce, et on va même jusqu’à transférer des élèves sur d’autres écoles, pour ne pas ouvrir de classes », assure Claire Billès. Une façon de déshabiller Pierre pour habiller Paul, qui va jusqu’à ne plus respecter les effets de seuil, c’est à dire le nombre d’élèves nécessaires pour permettre l’ouverture d’une classe.

Dominique Beck, directeur académique des Bouches-du-Rhône affirme que si la demande ministérielle est de 12 élèves, il y a tout de même une latitude qui permet «de monter à 14 et exceptionnellement à 15 élèves». Quant aux mesures de carte scolaire, elles seront toutes connues la semaine prochaine. «Mais d’ici là, affirme t-il, pas question de toucher aux seuils », c’est à dire aux effectifs qui permettent ou non d’ouvrir et de fermer une classe. «Avec les seuils, on s’enferme dans une logique. On ne peut pas se laisser emprisonner à une unité prés », assure Dominique Beck.

C’est ainsi que l’on peut avoir des moyennes de 23, voire de 24 élèves en éducation prioritaire après fermetures, alors que les 22, 5 élèves en moyenne ne devraient pas être dépassés. « C’est du grand n’importe quoi et nous apprenons tout cela à quelques jours de la fin de l’année. La situation n’a jamais été aussi ubuesque », assure Claire Billès.

Mais pour Dominique Beck «un effort considérable a été accompli par la République». Pour la prochaine rentrée scolaire 200 postes d’enseignants ont été créés et 726 classes dédoublées pour les seuls Bouches-du-Rhône.

Catherine Walgenwitz
Article tiré de la Marseillaise  le 9 juillet 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s