Macron totalement déconnecté des Français

90 minutes de discours devant le Congrès réuni à Versailles pour s’attribuer des bons points et confirmer le cap ultra-libéral.

Tout va très bien : on continue. Emmanuel Macron a certes commencé son discours à Versailles en se présentant comme « humble », le bilan qu’il a ensuite déroulé de l’année écoulée n’est qu’une succession de satisfecits. Il a « relancé les capacités de production »; montré qu’il « n’y avait pas à choisir entre croissance et protection du climat »; il a « tant fait pour l’éducation » car c’est « ce qui libère du déterminisme social »; il a « rebâti une souveraineté alimentaire de qualité »… La police de proximité ? Un succès. Sa politique dans les quartiers ? « Emplois francs et généralisation des stages en entreprise» ont signé « le retour de la considération nationale ». Même au niveau européen, il considère qu’il y a « déjà des avancées réelles » pour « une Europe qui protège ».

Autant dire que ce bilan est aux antipodes de ce que perçoivent les Français et qu’ils ont exprimé dans un sondage juste avant son discours : seuls 29% le trouvent « juste » et 34% « efficace ». Ce bilan déconnecté, Macron le dresse devant une véritable cour qui l’applaudit toutes les 10 minutes. Devant cette majorité pléthorique et si peu critique, il confirme ses choix. Fini la République solidaire, bienvenue en « République contractuelle ». Le paquet est emballé d’un beau discours : « construire l’Etat providence du 21e siècle ». Des mots. Avec un cynisme certain, il rappelle les Parlementaires à ce qu’ils ont « voté ». En l’occurrence, la fin du financement du chômage par les cotisations. « Il faut désormais en tirer toutes les conséquences », insiste-t-il. Les conséquences ? Financé par les contribuables, « il n’y a plus un droit au chômage ». L’heure est désormais à la « responsabilisation », à la « contractualisation ». Et d’annoncer qu’il allait faire de même pour les retraites. Parmi les autres annonces : un nouveau train d’économie. Le Premier ministre « présentera dans les prochaines semaines les nouvelles décisions permettant de tenir les engagements de baisse de nos dépenses publiques », a ainsi affirmé Macron. « Un long discours plein de promesses, non démontrées et non financées, mais rien qui remette en cause l’austérité budgétaire », a réagi Pierre Laurent (PCF). « Étrange plainte sur les conséquences de ses propres choix. Étrange hémicycle peuplé d’automates applaudisseurs », a commenté Jean-Luc Mélenchon (LFI).

Aujourd’hui débutent à l’Assemblée nationale, les débats sur la réforme des institutions qui vise à diminuer encore les droits d’un Parlement hier réduit à écouter la logorrhée présidentielle.

Photo : AFP
Angélique Schaller
Article tiré de la Marseillaise  le 11 juillet 2018

Publicités

Une réflexion sur “Macron totalement déconnecté des Français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s