Contrat sur la France

Au perchoir du congrès de Versailles Emmanuel Macron n’a pas fait acte de contrition. Ultra-libéral jusqu’au bout des ongles, comment pourrait-il comprendre les reproches des Français ?  Son mépris du collectif, lui qui n’a d’yeux que pour l’individualisme; sa haine de la solidarité, lui l’apôtre du chacun pour soi. Nul ne s’attendait à le voir se transformer en autre chose que ce qu’il est: le représentant d’une caste, d’une oligarchie financière coupée des réalités et des besoins du pays. Les Français ont bien compris de quel bois était fait ce président.

Macron à la barre de la France mène depuis un an une entreprise systématique et systémique de démolition d’un modèle de société. Il l’a dit de manière limpide et totalement assumée sous les lambris de Versailles. Il s’agit de « transformer la philosophie même de notre solidarité nationale ». Autrement dit, de tailler en pièces tout ce qui fait lien entre les citoyens. Pour opposer le contribuable au chômeur; le travailleur au retraité; les classes moyennes aux pauvres. Le Français à l’étranger. Les mots de Macron sont tous des déclarations de guerre. En priorité au « statuts » quels qu’ils soient, celui des fonctionnaires en tête. Il veut une République du « contrat  ». Macron, c’est le vieux monde grimé en jeune homme. C’est l’éternel retour de la droite à la sauce anglo-saxonne. Potion dont les Français ne veulent pas.

Françoise Verna
Article tiré de la Marseillaise . le 11 juillet 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s