J.Luc Mélenchon – L’Europe à l’allemande

Comme on le sait si l’on a lu mon livre Le Hareng de Bismarck, il y a un sujet de discussion interdit en France : l’Allemagne. La plupart de ceux qui se sont risqués à mettre en cause l’hégémonisme allemand en Europe et la responsabilité du gouvernement de ce pays dans l’incroyable dégradation sociale dans l’Union ont dû y renoncer sous la pression. Je reste donc seul dans mon cas à tenir tête.

Je dis que les malheurs de l’Union Européenne viennent de la domination des intérêts et conceptions des gouvernements de droite et PS allemands (il est interdit par les convenances de dire « allemand » tout simplement et le mantra doit être récité en version intégrale pour s’éviter un tir de réplique immédiat). J’ai dit « non à l’Europe allemande » selon le titre du livre d’Ulrich Beck, préfacé par Daniel Cohn-Bendit. Ce dernier, en toute mauvaise foi, me reproche pourtant ma « germanophobie ». Le faisant, il prouve l’incroyable privilège que veulent s’arroger certains de ces mêmes Allemands : eux seuls auraient le droit de critiquer leur pays !  Il en va de même dans les médias. Y compris dans la petite « gôche » style Médiapart. Je crois qu’à cette occasion ce n’est pas seulement son habituelle hargne aveuglée à mon égard qui fonctionne mais un vrai tabou. Une barrière psychologique. Largement fondée sur des leçons d’Histoire mal assimilées et des raisonnements « marabout-de-ficelle-de-cheval » typiques des récitants issus de l’extrême gauche.

J’ai pu le constater une fois de plus à propos d’un tweet sur la défaite de l’équipe allemande. D’un bout à l’autre du pays, dans les lieux et rassemblements les plus divers, ce fut une déferlante d’applaudissements et de manifestations de très vive satisfaction. Je crois à la décharge des chiens de garde médiatiques qu’ils ne savent rien de cela comme de tous les autres sujets qui concernent les émotions populaires. Mes 140 signes lisses firent un tabac. Je fus fustigé trois jours durant par les éditorialistes. Évidemment, les Aphatie, Thomas Legrand et autres curés médiatiques ânonnèrent leurs prêches sans se rendre compte de rien. Un régal. Leurs leçons ont fonctionné comme autant de mortifications pour ceux qui s’étaient réjoui comme moi. Je reçus des dizaines de messages de soutien venant de tous les milieux. La suffisance de ces gens les fit même se risquer à citer les noms de quelques allemands bienfaiteurs de l’humanité pour mieux montrer mon infâmie. Les entendre citer Marx fut un délice. Mais ils eurent droit en retour à d’autres listes de noms autrement moins édifiantes. On me signala qu’à l’étranger aussi des hommes comme Íñigo Errejón et d’autres, de notre famille culturelle et politique dans le monde, avaient aussi tweeté dans le même sens que moi. Personne ne se demanda pourquoi. Blindés dans leurs certitudes, les « moralistes » pérorèrent à fond ! Un magnifique cours de masse comme j’aime en déclencher. Je passe la première couche et les médias la seconde, sans s’en rendre compte et en croyant marquer un point contre moi ! Exquis. Ça figurera dans mes stages de formation sur la conquête des hégémonies populaires.

Après quoi j’eus l’occasion d’une charge ouvertement politique. Lors de mon passage sur Europe1 le 8 juillet dernier, j’ai fait remarquer que l’essentiel des postes clefs dans les institutions européennes étaient occupés par des Allemands. Un des journalistes qui m’interrogeait m’a rétorqué que M. Draghi, qui préside la Banque centrale européenne était italien. C’est vrai, mais son secrétaire général, M. Michael Diemer, est allemand. Tout comme le secrétaire général du Parlement européen. Et aussi celui du service européen pour l’action extérieure. On compte aussi le Président de la cour des comptes européenne, le Président de la Banque européenne d’investissement et le Président du Mécanisme européen de stabilité financière. Pour le reste, je conviens que c’est un hasard si les Présidents de trois groupes au Parlement européen le sont, dont celui du plus important. Le problème de ces nominations n’est pas qu’il s’agisse d’Allemands mais du fait qu’ils le soient tous.

Un poste stratégique restait en dehors de l’emprise allemande. Celui, hautement stratégique de Secrétaire général de la Commission européenne. Ce personnage, qualifié de « tour de contrôle » des institutions européennes, supervise l’ensemble du travail législatif de la Commission. Il était, jusqu’au 1er mars 2018, occupé par un Néerlandais. Étant donné le déséquilibre existant entre les Nations dans les institutions, il avait été promis aux Français. C’était sans compter sur les manœuvres du Président de la Commission, Jean-Claude Juncker, pour imposer son chef de cabinet, Martin Selmayr. Bien sûr M. Selmayr est allemand.

Cette nomination a été imposée de manière arbitraire et au mépris complet des procédures normales. En effet, Martin Selmayr a d’abord été nommé au poste de Secrétaire général adjoint, opportunément laissé vacant fin 2017 par la nomination de sa titulaire à un autre poste. Le 21 février, il est nommé à sa place. Puis, le Secrétaire général de la Commission annonce sa démission. Le 1er mars 2018, le commissaire européen à la fonction publique, Oettinger, convoque une réunion du collège des commissaires à 9h30. À 9h39, il publie un communiqué annonçant la nomination de Martin Selmayr.

De nombreuses irrégularités entourent cette ascension en un temps record. D’abord, M. Selmayr ne disposait pas du grade nécessaire pour le poste. Dans la fonction publique européenne, le poste de secrétaire général de la Commission est occupé par des directeurs généraux ou des directeurs généraux adjoints. Or, Martin Selmayr n’était que directeur. Un grade qu’il avait obtenu par un poste de complaisance qu’il n’a jamais occupé puisqu’il faisait la campagne de Jean-Claude Juncker à l’époque où cette nomination est intervenue. Par ailleurs, la candidature de Martin Selmayr ne souffrait que d’une candidature concurrente, celle de sa cheffe de cabinet adjointe. Elle fut retirée avant la clôture de la procédure. Depuis, elle a été nommée, par Martin Selmayr, cheffe de cabinet de M. Juncker.

En résumé, la procédure entière apparaît comme irrégulière au regard des règles en vigueur ordinairement dans la fonction publique européenne. C’est ce qu’a déclaré le Parlement européen dans une résolution votée le 18 avril 2018. On peut en effet y lire que la nomination de Martin Selmayr « pourrait être considérée comme un coup de force ». Ce constat n’empêcha pas les conservateurs et la plupart des socialistes du Parlement européen de voter contre l’amendement co-signé par Younous Omarjee qui demandait la démission de Martin Selmayr. L’Europe allemande sauvée in extremis par la grande coalition européenne.

Le problème de « l’Europe à l’allemande » n’est pas sa nationalité. C’est son contenu politique. Tous ces personnages se sentent investis d’une mission politique commune : faire triompher l’ordo-libéralisme. Ainsi, l’un des premiers grands faits d’armes de Martin Selmayr à son poste fut de rédiger la proposition de la Commission pour le budget de l’Union européenne qui contient notamment des coupes claires dans la politique agricole commune considérée comme trop favorable à la France. Il est certain à mes yeux que cette forme mono-nationale du contrôle des postes stratégiques de l’Union européenne est une cause essentielle de la paralysie de l’Union figée dans un dogme dont les affidés ne voient pas du tout les limites ni les conséquences. La Crise de l’Union européenne est assez largement la crise de l’Europe « à l’allemande ».

Jean-Luc Mélenchon
Article tiré de son blog  le 16 juillet 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s