Gestion des flux migratoires – L’UE compte sur les pays de passage

Deux fois moins de migrants sont arrivés en Europe par la Méditerranée sur les six premiers mois de l’année 2018. C’est ce qu’a déclaré l’Organisation internationale pour les migrants (OIM) mardi 17 juillet. Le nombre a franchi la barre de 50 000 migrants et c’est l’Espagne qui a accueilli le nombre le plus élevé, dépassant l’Italie. L’Europe, qui ne cache plus ses divisions face à ce défi, cherche par tous les moyens à retenir les migrants dans les pays de passage sur l’autre rive de la Méditerranée.

C’est lors du Conseil européen, le 28 juin dernier à Bruxelles, qu’un accord fragile a été trouvé entre les pays membres. Selon le texte, il s’agit des « plates-formes de débarquement » de migrants en dehors du sol européen pour dissuader les traversées de la Méditerranée, notamment dans des pays comme le Maroc et la Tunisie.

Ces pays tiers rejettent en bloc la possibilité d’accueillir des migrants refoulés par l’Europe dans des centres de tri. Le Maroc dénonce ce qu’il qualifie de solutions « faciles » et de « mécanismes contre-productifs ». Rabat refuse l’externalisation de la gestion des flux migratoires hors des frontières de l’UE.

Dans les faits, l’Europe met pourtant tout en oeuvre pour y parvenir. En Libye et en Tunisie, les 28 ont entraîné durant les derniers mois des garde-côtes. Ils sont désormais incités à ramener dans leurs pays respectifs les migrants qu’ils auraient sauvés dans les eaux internationales. En dépit de moyens limités, les garde-côtes libyens ont sauvé et ramené en Libye 8 000 migrants pour le seul mois de juin.

Côté tunisien, les autorités refusent toujours de recevoir 40 migrants repêchés dans les eaux internationales et refoulés par la France, l’Italie et Malte. Durant sa visite cette semaine en Tunisie, le secrétaire d’Etat belge aux Migrations a tenté, en vain, de convaincre Tunis d’accueillir des migrants cherchant à atteindre l’Europe.

Des ONG tunisiennes exhortent Tunis à accueillir le bateau bloqué au large depuis plus de 5 jours, tout en exprimant leur refus que la Tunisie soit mise face au fait accompli des « nouveaux choix européens d’externalisation de leurs frontières ».


■ Reportage : le Niger, terre d’accueil et de transit

Le gouvernement nigérien a accepté d’accueillir des candidats réfugiés évacués de Libye, où ils ont vécu l’horreur. Ces migrants pourront ensuite obtenir l’asile en Europe. Un modèle d’immigration légale saluée par le président du Parlement européen qui a visité un centre de transit, à Niamey, dans la capitale nigérienne.

55 femmes et enfants sont accueillis dans cette maison de transit. Ils sont originaires de Somalie et d’Érythrée. Ils viennent tout juste d’être évacués de la Libye. Pas de barreaux aux fenêtres. Ici, on veut les aider à se reconstruire. La plupart ont connu l’horreur sur leur parcours, comme le raconte cette psychologue du Haut-Commissariat aux Nations unies pour les réfugiés, Mazia Vigliaroni…
Photo : REUTERS – Hani Amara
Article tiré de RFI  le 19 juillet 2018
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s