Roland Gori – « Macron ne trouve sa limite qu’en lui-même »

Pour le psychanalyste, l’affaire Benalla est symptomatique de profonds changements dans la structure de l’État, imposés par le Président et son éloge à la « nation start-up ».

La morgue d’Alexandre Benalla n’est pas sans rappeler celle, plus feutrée et souriante, avec laquelle Emmanuel Macron exerce son pouvoir. Lorsqu’il humilie un lycéen insolent, ringardise les partenaires sociaux ou fait passer par ordonnances des réformes systémiques qui touchent au modèle social français. Dans son parcours personnel, le chef de l’État s’est lui-même fixé comme ligne directrice de toujours outrepasser les cadres et bousculer les usages. C’est une des clés d’analyse du « moment Macron » que développe le Roland Gori dans un essai à paraître en septembre (1).

Quelle analyse faites-vous de l’affaire Benalla ?

Roland Gori : Cet événement ne peut pas être entièrement imputé à la manière de gouverner d’Emmanuel Macron. Il est, comme tout événement, surdéterminé par des causes psychologiques et sociales diverses et variées. Les enquêtes diligentées en éclaireront quelques-unes. Mais, incontestablement, ce séisme politique que tentent d’exploiter les oppositions a été favorisé par la réorganisation architecturale des structures de pouvoir et des lieux de décision. Il résulte du mouvement des plaques tectoniques des continents des pouvoirs de gouverner et de gérer l’ordre public rendu nécessaire par l’arrivée à la magistrature suprême d’un candidat inattendu, atypique, servi par les circonstances, les erreurs de ses adversaires, son talent à se saisir des opportunités, sa capacité à surfer sur la vague du « dégagisme ».

Il se veut et se pose en chef « charismatique » sans dette ni allégeance aux partis, aux personnalités politiques qui l’ont précédé, aux corps intermédiaires, dont il se méfie et dont il veut réduire les pouvoirs. Dès lors, il lui faut créer des supplétifs à ces corps intermédiaires pour organiser ses réseaux de « supporters ». Il va le faire en s’entourant d’une garde prétorienne à son image – invisible politiquement, mais habile dans l’hybridation des valeurs du privé et du public –, en constituant une nouvelle noblesse d’État (sa « main droite », comme aurait dit Bourdieu), et un réseau d’affidés séduits par sa vision entrepreneuriale du monde. Dans cet univers, il y a des énarques élégants et brillants passés par le secteur privé, et des êtres un peu plus rustiques comme Alexandre Benalla. Mais le profil de tous ces personnages a un même air de famille : jeunes, ambitieux, énergiques, « culottés », dévoués à leur « maître », peu soucieux des vertus républicaines du « vieux monde » pour mieux s’ouvrir au « nouveau monde » de l’efficacité et de l’arrivisme. C’est, me semble-t-il, de cela que l’affaire Benalla est le symptôme, elle est la « brèche » de ces mouvements tectoniques des couches du nouveau pouvoir. Les oppositions tentent de s’y engouffrer, faute d’avoir pu trouver des débouchés et des expressions aux colères, aux peurs, aux humiliations et aux désespoirs sociaux.

L’affaire Benalla dévoile une certaine brutalité au plus proche du pouvoir. Est-ce symptomatique, selon vous, d’une façon de gouverner propre à Emmanuel Macron, qui a fait de la « transgression » un moteur de son propre parcours ?

On ne peut, sauf à faire injure au président de la République, appareiller parfaitement les deux personnages. Ils n’ont ni le même parcours, ni le même style. Mais cette affaire est un peu le miroir grossissant des risques encourus par un pur et simple éloge d’un individu auto-entrepreneur de lui-même dans une société de masse où la limite aux actions n’est donnée que par leur échec. Alexandre Benalla a joué à fond sur les réseaux, les apparences, les proximités, dans une société du spectacle où « le vrai est un moment du faux ».

Dans cette société de l’illimité, de l’hubris, chaque individu est invité à exploiter toutes les opportunités, à mettre en œuvre les principes politiques de Machiavel. Dans mon dernier ouvrage, je compare Macron à Alcibiade, dont Lacan disait qu’il était dépourvu du « complexe de castration », façon de dire qu’il ne trouve sa limite qu’en lui-même… et dans ses échecs.

Ce qui est important, pour moi, ce n’est pas le personnage, mais « la personnalité sociale », au sens de Durkheim : que dit-il de notre culture, de nos sociétés, de leurs valeurs, de leurs religions ? Si ce n’est l’effondrement d’un vieux monde, et la difficulté d’accoucher d’un nouveau. Emmanuel Macron émerge comme symptôme du « dégagisme », produit par le discrédit des partis traditionnels. La droite est apparue comme trop proche du monde des affaires, prise dans des soupçons de corruption, ayant abandonné nombre de valeurs gaullistes. La gauche a subi le discrédit du « social-libéralisme » honni par la majorité des peuples européens. Les gens se sont tournés vers les extrêmes, que ce soit l’extrême droite nationaliste ou l’extrémisme de gauche, ou encore ce que j’appelle « l’extrême centre » qu’incarne Emmanuel Macron. D’où sa conception de la « nation start-up » et ses grands discours d’amour aux entrepreneurs qui « incarnent la France qui revient », propre à la religion du marché de cette vision économique du monde, mettant l’État et ses structures à son service.

Nous voyons d’une certaine façon dans cette affaire une dérive de cette volonté de mêler le public et le privé propre au désir macronien de l’hybridation. En faisant bouger les lignes des structures bureaucratiques traditionnelles, sur lesquelles sont fondées nos démocraties libérales, en poussant les gens à se mettre à leur propre compte, en greffant les valeurs du privé sur le terrain des services publics, on court le risque de favoriser l’émergence d’affaires comme celle-là. Elle est un peu le symptôme d’une organisation holocratique des services publics recomposés par la nouvelle politique de l’État. Ce qu’on appelle l’holocratie, c’est le mode de décision qui permet à une entreprise de s’auto-organiser avec des cellules autonomes chargées d’atteindre des objectifs, sans prescription des moyens et des structures traditionnelles pour y parvenir. N’est-ce pas ce qu’a tenté de faire, à sa manière, Alexandre Benalla ?

Emmanuel Macron s’inspire du modèle holocratique et invite les services de l’État à atteindre leurs objectifs en s’organisant un peu comme ils veulent sur le modèle des start-up. C’est aussi une nouvelle forme d’organisation politique qu’En marche partage avec le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo, en Italie. Même si nous ne pouvons pas les assimiler complètement, ils présentent des traits communs propres à notre époque et à la vague de « dégagisme » pouvant conduire à des « démocraties illibérales ». C’est d’ailleurs le grand malentendu du macronisme, qui prône plus de libéralisme…

Cette affaire peut-elle être de nature à fragiliser Emmanuel Macron dans sa façon d’exercer le pouvoir, s’il n’était dorénavant plus à même de gouverner par « coups de force » comme il le fait depuis son élection ?

Tout dépend de la manière dont il va gérer cette première véritable crise politique, qui a permis aux oppositions de droite comme de gauche de s’engouffrer dans une brèche qu’elles cherchaient désespérément. Emmanuel Macron va probablement tenter de la gérer à sa manière que j’appelle « pratico-formelle », c’est-à-dire en jouant à fond sur les procédures et les rituels légaux, et en essayant de contrôler les choses par la négociation, le compromis et les contraintes formelles du droit. Mais il est face à un autre problème propre à sa conception sacrée de l’autorité présidentielle : il a affirmé, à plusieurs reprises, « ne pas se laisser dicter [sa] décision par la tyrannie des événements ». À partir de quoi il ne peut pas se permettre de réagir immédiatement, sinon il se discréditerait et perdrait cet esprit sacré et transcendantal de la fonction présidentielle qu’il revendique. En même temps, s’il ne dit rien, et si la grogne persiste, même après avoir sacrifié quelques vieilles têtes, cela posera problème. Il va probablement attendre et intervenir au moment le plus opportun en essayant de prendre de la distance et de la hauteur pour tourner les choses à son profit et inciter à réformer l’État et ses « copinages malsains »… Son habileté suffira-t-elle ? Je n’en sais rien.

Pourquoi parlez-vous de « nudité du pouvoir », titre de votre prochain essai ?

C’est une référence au conte d’Andersen (2), du milieu du XIXe siècle. Deux tisserands font croire à l’empereur qu’ils tissent un habit fabuleux. Mais ils ne fabriquent rien, tout en affirmant que seuls les imbéciles et les gens inaptes à leurs fonctions ne voient pas la beauté de ce vêtement invisible. L’empereur lui-même consent, comme tous ses sujets, par peur et par conformisme, à croire à ces « habits qui n’existent pas », et finit par défiler nu avec des courtisans qui en portent la traîne. C’est un petit enfant qui vient faire trembler le pouvoir et perturbe la cérémonie en s’écriant que « l’Empereur est nu » ! Cette parabole me permet de dire que le pouvoir politique détient sa force de notre propre désir conformiste, de nos attentes sociales et subjectives, de toutes ces illusions collectives, qui nous conduisent à habiller le pouvoir des habits lumineux qu’il prétend posséder et qui n’existent pas. Si nous avions le courage de dire, fraternellement, ensemble, que le pouvoir est nu et que la place est vide, alors nous pourrions risquer la démocratie.

(1) La nudité du pouvoir, de quoi le moment Macron est-il le symptôme, éd. LLL, à paraître le 12 septembre.

(2) Les Habits neufs de l’empereur, Hans Christian Andersen (1837).

Erwan Manac’h
Article tiré de Politis . le 25 juillet 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :