Marseille en surchauffe se cherche une stratégie

Lutter contre la chaleur des villes l’accroît ! La « clim », une forme de confort qui participe au réchauffement planétaire.

Face à la fournaise, les Marseillais s’adaptent. « Je viens ici lire le journal au frais, j’en peux plus dehors, on suffoque », confie Moussad, croisé au kiosque de presse de la bibliothèque de L’Alcazar. Passée la traversée de la canopée des platanes du cours Belsunce, le badaud est exposé à un brasier solaire.

Certains trouvent refuge au cinéma quand beaucoup préfèrent une halte au Centre Bourse. « On s’est équipé d’un système de dernière génération. Dès qu’il fait chaud dehors, on voit la fréquentation augmenter, les gens viennent chercher de la fraîcheur. Tous les espaces de repos sont occupés », observe la direction. Un technicien veille au strict respect de la réglementation thermique : jamais plus de 5 degrés de différence avec l’extérieur. En ville, pompes à chaleurs et climatiseurs enlaidissent les balcons, les arrières-cours, les toits. Un ronflement du diable de jour comme de nuit. Depuis le début de l’année, il s’est vendu 292 000 climatiseurs en France. La terrible canicule de 2003 et ses 19 490  morts ont provoqué la vente de 700 000 climatiseurs dans l’année ! Aujourd’hui, c’est autour de 500 000 nouveaux climatiseurs par an, un toutes les minutes.

Marseille, cité minérale, n’échappe pas à la tendance quand la dernière décennie a été la plus chaude en Paca depuis le début du XXe siècle. « C’est insupportable l’été à Marseille, on étouffe littéralement. Je n’arrivais plus à dormir », explique Vincent qui a fini par équiper son appartement, place Castellane, de deux blocs pour 5 000 euros qu’il ne regrette pas. « C’est une gestion. Je n’en abuse pas. Je la règle à 26  degrés. Jamais plus de 10 degrés d’écart avec l’extérieur. J’ai pris un compresseur qui fait peu de bruit, mais rejette beaucoup de chaleur sur le balcon. »

EDF a adapté sa production quand 500 heures de climatisation consomment plus qu’un réfrigérateur branché pendant un an. Même phénomène pour les voitures. La climatisation embarquée, c’est une surconsommation de carburant de 1 à 7% (un litre au cent selon l’ADEME), et de 1 à 4,5% pour les autobus de la RTM.

Une hausse de 3 à 5 degrés en ville d’ici 2050

Car c’est bien là le paradoxe : lutter contre la chaleur extérieure l’accroît ! La climatisation augmente la température des rues, aggrave le phénomène des îlots de chaleur, ce dôme thermique. Un cercle vicieux mondial. 1,6 milliard de climatiseurs sont installés dans le monde, selon l’Agence internationale de l’énergie qui prédit leur triplement d’ici 2050, boostant le réchauffement climatique.

Si, face à ce phénomène, les campagnes boisées se réguleraient naturellement, c’est tout l’inverse en milieu urbain où l’on abat des arbres plus qu’on en plante. « Dans les villes, les surfaces imperméables et les bâtiments vont également chauffer l’air, mais vont surtout se réchauffer et stocker beaucoup d’énergie. Cet effet de stockage d’énergie sera fortement influencé par la géométrie 3D de la ville », décrypte une étude du Centre National de Recherches Météorologiques.

Partant du constat d’une « hausse de température estivale moyenne de 3 à 5 degrés d’ici 2050 », la Ville de Marseille se dit consciente des « défis environnementaux, à commencer par la lutte contre le réchauffement climatique, qui imposent une évolution radicale de la façon de concevoir et de fabriquer la ville ». Elle se cherche une « stratégie à l’horizon 2030 » à l’échelle métropolitaine pour proposer « des solutions écologiques » permettant de « réduire la vulnérabilité de la ville aux impacts, notamment sanitaires attendus du changement climatique. »

Pour l’heure, et en plein cagnard, des experts traquent les sources émettrices de chaleur, analysent la circulation du vent, font des simulations numériques de l’effet du rayonnement solaire sur nos vies.

David Coquille
Article tiré de la Marseillaise  le 3 août 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s