La Tunisie refuse-t-elle d’accueillir des navires comme l’Aquarius ?

L’UE pèse pour que la Tunisie accueille des navires et les migrants à leur bord. Tunis et les ONG résistent. Mais début août, un navire commercial a accosté dans le port tunisien de Zarzis avec 40 migrants à son bord.

La Tunisie a-t-elle refusé d’accueillir l’Aquarius ?

À en croire une dépêche Reuters, la Tunisie, ainsi que l’Italie et l’Espagne, aurait «refusé d’accueillir dans un de ses ports le navire humanitaire».

SOS Méditerranée ne confirme pas cette présentation et renvoie au journal de bord de l’Aquarius, qui raconte en détail les démarches de sauvetages et les procédures pour mettre les réfugiés à l’abri. Le 10 août, jour du sauvetage, l’Aquarius envoie un mail au centre de coordination des secours libyens, avec copie aux centres italien, maltais mais aussi tunisien. Le message visait à informer les centres que le navire humanitaire procédait à un sauvetage et que le navire était en capacité de transférer les personnes dans un port sûr. «Il ne s’agit pas à ce stade de demander un lieu où accoster. Ce type de message permet de trouver un centre qui coordonne le sauvetage», explique-t-on à SOS Méditerranée. «Jusqu’à récemment, on ne contactait que Malte et l’Italie. Mais le changement de position de Rome fait qu’on « tape » plus large.»

C’est le JRCC (Centre conjoint de coordination des secours) de Tripoli qui a répondu et qui a pris en charge la coordination du sauvetage. En théorie, le JRCC de Tripoli était censé ensuite assigner à l’Aquarius un port sûr du pays. «La Libye étant dans l’incapacité de le faire (il n’existe aucun port sûr en Libye et les ONG refusent d’y débarquer des migrants secourus), le JRCC nous a demandé de contacter d’autres centres». L’Aquarius s’est tourné vers les centres maltais et italiens. Pourquoi n’avoir pas contacté le centre tunisien? «L’Aquarius avait dû faire route vers une embarcation en détresse et se situait déjà dans la zone maltaise», se justifie l’ONG.

Il est donc inexact de dire que la Tunisie a refusé l’accueil de l’Aquarius, qui ne lui a pas été demandé par l’ONG.

Début août, un navire de commerce avec 40 migrants a son bord a été accueilli dans le port tunisien de Zarzis

Pour autant, il est indéniable que la Tunisie (pas plus que les Etats européens) ne se presse pas pour accueillir les bateaux de migrants. Ce qui ne veut pas dire que le pays n’est pas contraint de le faire, ponctuellement. Il y a deux semaines, la Tunisie a ainsi accueilli, dans le port de Zarzis, un navire de commerce battant pavillon tunisien et ayant recueilli 40 migrants, secourus après être partie des côtes libyennes. Selon plusieurs ONG tunisiennes, les migrants avaient été recueillis dans un premier temps par un autre navire que les gardes-côtes d’Italie, de France et de Malte avaient «refusé d’accueillir, prétextant que les ports les plus proches étaient situés en Tunisie». Les migrants avaient ensuite été pris en charge par un navire de commerce qui avait fait route vers la Tunisie.

Après deux semaines de blocage, et devant les risques sanitaires à bord et la pression des ONG tunisiennes, les autorités tunisiennes ont finalement cédé. À bord, «Pour des raisons humanitaires, nous allons accueillir les 40 migrants», avait annoncé le Premier ministre Youssef Chahed lors d’une séance plénière au Parlement. Le même, selon RFI, avait justifié le refus préalable de laisser accoster le navire par le souci de «décourager d’autres navires, chargés de migrants, de venir accoster en Tunisie».

Au-delà de ces accostages ponctuels, l’UE souhaiterait faire de la Tunisie un lieu de débarquement. Le pays fait partie des pays cités (avec le Maroc ou l’Albanie) comme possible localisation des centres d’accueil de migrants ou des «plates-formes de débarquement hors de l’Europe», décidés par les vingt-huit pays membres de l’Union européenne lors d’un Conseil européen à Bruxelles, fin juin. Il s’agirait de lieux où les migrants seraient débarqués et où leur situation serait examinée de manière à distinguer les personnes éligibles à la protection (qui pourraient entrer en Europe) et les autres (qui seraient renvoyées). Tunis a immédiatement fait part de son refus de jouer un tel rôle. «À la différence de la Libye, où les garanties ne sont pas données pour la sécurité et l’accueil des migrants, elle pourrait être un pays sûr, explique François Gemenne, spécialiste des flux migratoires et chercheur à l’université de Liège et à Sciences-Po Paris,mais il n’y a pas en l’état de volonté politique du pays, parce que le gouvernement tunisien refuse d’être un simple exécutant des Etats Européens».

À noter que les ONG, de leur côté, ne considèrent pas encore la Tunisie comme un pays «sûr» pour accueillir les migrants, ce qui peut aussi expliquer le manque d’entrain de l’Aquarius à saisir le centre de coordination tunisien. Pour être considéré comme sûr, un pays doit offrir des garanties aux migrants en matière de procédure de demande d’asile, mais aussi répondre à leurs besoins fondamentaux tout en les mettant à l’abri des mauvais traitements. Selon nos informations, des «évaluations» de la situation tunisienne sont en cours : SOS Méditerranée et MSF auraient ainsi dépêché des missions d’observation dans le pays pour vérifier ces points.

Au-delà de la préoccupation humanitaire, la réticence des ONG à faire débarquer des migrants en Tunisie est aussi politique. Les ONG craignent, en avalisant le débarquement des migrants en Tunisie, d’aller dans le sens des pays européens qui souhaitent l’externalisation systématique de la demande d’asile en dehors de l’Europe, avec pour objectif qu’aucune demande d’asile ne soit plus instruite sur le continent.

Cédric Mathiot
Article tiré de Libération  le 17 août 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :