Politiques sociales – 500 millions d’euros vont manquer

L’augmentation prévue des crédits dévolus à la prime d’activité, l’allocation adultes handicapés ou encore les aides aux femmes victimes de violence a été revu à la baisse dans le budget 2019.

Un demi-milliard d’euros perdus en route pour la politique sociale. Si le gouvernement se refuse à dire combien il compte faire des économies dans ce domaine, les documents budgétaires transmis en juillet au Parlement offrent un début de réponse. Dans une annexe au rapport préparatoire au débat d’orientation des finances publiques, remis aux députés et sénateurs en juillet, la mission «solidarité, insertion et égalité des chances» perd du poids : 530 millions d’euros de moins que prévu. Cette ligne budgétaire, l’une des plus grosses du budget de l’Etat, finance notamment la prime d’activité, la politique en faveur des personnes handicapées ou l’égalité femmes-hommes. Certes, avec 20,78 milliards d’euros de crédits pour 2019, elle sera bien en hausse d’un peu plus d’un milliard par rapport à 2018. C’est, en pourcentage, la plus forte hausse parmi les missions de l’Etat. Le gouvernement pourra donc se targuer du fait qu’il en a plus fait que ses prédécesseurs en matière sociale. Sauf que… l’exécutif avait, au départ, prévu beaucoup plus.

Votée fin 2017 par le Parlement, la loi de programmation des finances publiques 2018-2022 annonçait en effet un montant de 21,31 milliards d’euros en 2019 pour cette mission, soit une hausse de 1,7 milliard par rapport à 2018. Avec ces 530 millions d’euros perdus en route, l’Elysée et Matignon renoncent donc à 30% de la hausse prévue l’année prochaine. Quels programmes seront touchés par cette évaporation ? Aucune des sources gouvernementales contactées par Libération n’est en mesure de l’indiquer.

Audit

Dans un rapport déposé début juillet, le rapporteur général (LR) du budget au Sénat, Albéric de Montgolfier, n’était pas plus avancé. «Impossible de savoir à quoi correspond exactement» cette variation, se plaignait-il, entre autres critiques sur l’imprécision des documents remis par l’exécutif. Or s’agissant de la prime d’activité, des allocations aux adultes handicapées (AAH) ou de l’aide aux femmes victimes de violences sexuelles, trois politiques publiques mises en avant par Emmanuel Macron pendant sa campagne, il y a besoin d’argent.

A la suite d’un audit de la Cour des comptes rendu l’été dernier, l’exécutif avait d’abord voulu corriger les «sous-budgétisations» chroniques de la prime d’activité et de l’AAH : 300 millions d’euros pour la première, 400 millions pour la seconde. Les sages de la rue Cambon chiffraient également à 300 millions le «risque non pris en compte d’un accroissement du taux de recours à la prime d’activité». Soit, une adition à 1 milliard d’euros que le gouvernement s’était promis de corriger. «Compte tenu de l’amélioration prévisible du marché du travail, on peut envisager une augmentation du nombre de personnes reprenant une activité partielle et donc éligibles à la prime», précisait de son côté, en octobre dernier, la députée LREM Stella Dupont, rapporteure spéciale de cette mission «solidarités, insertion, égalité des chances» auprès de la commission des finances de l’Assemblée nationale.

Polémique

Enfin et surtout, ces crédits supplémentaires devaient financer deux promesses emblématiques du candidat Macron en matière sociale. L’AAH doit ainsi passer de 800 à 860 euros au 1er novembre, et atteindre 900 euros à la même date l’an prochain. Quant à la prime d’activité, elle doit augmenter de 20 euros au 1er octobre avant de progresser tous les ans «pour atteindre jusqu’à 80 euros de plus par mois», comme ne manque jamais de le rappeler la majorité.

Pour tenir tous ces objectifs, le gouvernement devra donc faire des économies ailleurs. Où et comment ? En modifiant les critères d’attribution de la prime d’activité ou de l’AAH ? En baissant les crédits des programmes d’aide alimentaire, d’accompagnement des personnes handicapées, de protection juridique des familles et d’enfants en difficultés ? En diminuant les aides aux victimes de harcèlement et violences sexuelles ? Sur tous ces sujets, si l’exécutif ôte un euro, il est sûr de le payer en plusieurs jours de polémique politique. Ce qui viendrait, pour le coup, décrédibiliser un plan pauvreté repoussé à la mi-septembre… quelques jours avant la présentation du prochain budget.

Photo : AFP – Anne-Christine Poujoulat
Lilian Alemagna et
 Dominique Albertini
Article tiré de Libération le 19 août 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :