Budget – Le gouvernement sur un sentier risqué

Face à une croissance plus faible que prévu, l’exécutif lâche du lest sur le déficit tout en prévoyant de nouvelles économies. Au risque de fâcher tout le monde.

Laisser filer le déficit ou prévoir des économies supplémentaires ? Les deux, mon capitaine. Confronté à une croissance moins forte que prévu cette année, le gouvernement va jouer des deux leviers dans son projet de budget pour 2019, attendu pour la fin septembre. Prenant le risque de mécontenter tout le monde, à un moment sensible du quinquennat.

Dimanche, dans le JDD, Edouard Philippe a présenté des pistes d’économies, notamment la moindre revalorisation des retraites, des aides au logement et des allocations familiales en 2019 (+0,3%, alors que l’inflation a été de 2,3% sur un an en juillet). Son ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, lui a emboîté le pas lundi. Dévoilant de nouvelles mesures tout en reconnaissant qu’elles ne suffiraient pas à garantir les engagements français en matière de déficit public, tant cette année que la prochaine.

«Coups de barre»

«S’agissant de 2018, le consensus des économistes est sur un niveau de croissance de 1,7%», a souligné Bruno Le Maire, reprenant le chiffre à son compte. Celui-ci est nettement inférieur aux 2% initialement attendus par le gouvernement. En juillet, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, avait envisagé une révision de cet objectif, tout en assurant que la nouvelle cible ne serait, «quoi qu’il arrive, pas inférieure à 1,8 %».

Conséquence : alors que l’exécutif avait prévu de ramener le déficit public à 2,3% du PIB, «la moindre croissance va nous amener autour de 2,5 points, a annoncé Bruno Le Maire lundi matin, lors d’une rencontre avec l’Association des journalistes économiques et financiers. Il faut y ajouter la reprise de la dette de la SNCF Réseau, qui représente 0,1 point».  Le déficit se monterait donc, au mieux, à 2,6% du PIB pour cette année. Quant à 2019, le ministre ne s’est engagé qu’à «respecter» la limite de 3% posée par les règles européennes. De quoi fragiliser l’objectif d’un déficit nul en fin de quinquennat. «Il faut éviter les purges, a justifié le ministre. Mieux vaut tenir un cap que se faire plaisir avec des coups de barres brutaux.»

«Tambouille»

Aux mesures correctrices annoncées la veille par Edouard Philippe, le patron de Bercy en a ajouté deux visant les entreprises. Celles-ci devaient bénéficier, à partir du 1er janvier 2019, d’une baisse de quatre points des cotisations patronales pour les salaires au niveau du smic. Celle-ci n’interviendra finalement que dix mois plus tard, au 1er octobre, pour une économie attendue de deux milliards d’euros. Tandis que le versement du cinquième acompte de l’impôt sur les sociétés connaîtra une légère hausse en 2019 pour les entreprises réalisant plus de 250 millions de chiffre d’affaires.

Autant de mesures défendues par le gouvernement au nom de la «sincérité» budgétaire et du «courage» politique. Et que sont censées faire accepter la hausse de plusieurs aides sociales, et les futures baisses de prélèvements. Mais l’exécutif risque désormais d’être pris entre deux feux : celui de la droite, qui réclame une réduction plus rapide du déficit, et celui de la gauche, qui dénonce comme le patron du PS, Olivier Faure, des économies faites «sur le dos des Français», dont les effets nuiront in fine à l’activité. La moindre revalorisation des retraites apparaît comme une mesure particulièrement risquée, quelques mois après une hausse de la CSG qui n’avait épargné que les plus modestes pensionnés.

Pourtant choyé par le gouvernement, le patronat a lui-même toussé face aux mesures annoncées par Bruno Le Maire. Le nouveau président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux a dénoncé lundi la «tambouille comptable» du gouvernement. Invités mardi et mercredi à l’université d’été du mouvement patronal, Edouard Philippe et son ministre pourront vite y mesurer l’effet de leurs annonces.

Photo  : AFP – Bertrand Guay
Dominique Albertini
Article tiré de Libération  le 27 août 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :