Les retraités, encore « vache à lait » du gouvernement

Gel des pensions. Le gouvernement a annoncé, dimanche, une progression de seulement 0,3% des pensions des retraites jusqu’en 2020. Alors que l’inflation augmente, cette limitation va encore réduire le pouvoir d’achat des retraités.

Les retraités se préparent à une rentrée mouvementée. Après avoir subi l’augmentation de la CSG pour plus de 7,5 millions de foyers, c’est au tour des pensions de retraite d’être limitées par le gouvernement après leur gel depuis plusieurs années. Dimanche dernier, Edouard Philippe a annoncé une série de mesures pour le budget 2019. Parmi elles, la fin de l’alignement des pensions de retraite sur l’inflation (l’augmentation des prix).

Les pensions connaîtront une progression de seulement 0,3% sur les deux prochaines années. À l’inverse, l’inflation augmentera de 1,6% en 2018, selon les dernières prévisions de l’Insee et pourrait atteindre les 2% dans les prochaines années. Concrètement, cet écart représente une perte conséquente de pouvoir d’achat pour les retraités : la hausse des prix (par l’inflation) étant plus élevée que la hausse des revenus. « Il n’y a aucune progression des pensions, car le différentiel est énorme. Cela vient s’ajouter à la régression que l’on connaît depuis des années », explique Jean-José Mesguen, représentant de la Fédération Générale des Retraités de la Fonction Publique ( FGR-FP). Une situation financière qui s’aggrave d’année en année, les pensions de retraite étant gelées depuis 2013. Or, entre 2014 et 2016, l’inflation avait été limité, entre 0 et 0,5%, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. La baisse du pouvoir d’achat s’en fera donc d’autant plus ressentir. Un manque à gagner de 500 euros par an pour une retraite de 1200 euros, selon Pascal Pavageau, secrétaire général de FO.« Nous sommes considérés comme des vaches à lait. Petit à petit, on voit les retraités revenir aux Restos du Coeur, en tant qu’usagers et non en tant que bénévoles », dénonce Jean-José Mesguen.

Les retraités unis face aux mesures

Avec cette augmentation, qui n’en a que le nom, le gouvernement porte un coup de plus aux retraités. « Les organisations et syndicats de retraités ont interpellé de nombreuses fois Emmanuel Macron, il n’avait pas voulu nous rencontrer, prétextant n’avoir pas de place dans son calendrier, cela fait maintenant 1 an et demi ».

Pour s’opposer à ces mesures, les organisations syndicales et associations de retraités prévoient de se rencontrer dans « les quinzes jours à venir ».

Amaury Baqué
Article tiré de la Marseillaise  le 30 août 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s