Les communistes proposent des Etats généraux pour la Métropole Aix-Marseille Provence

Trois ans après la création de la Métropole Aix-Marseille-Provence, le débat est relancé à l’occasion du festival Terres de Résistance qui s’est tenu ce week-end à Martigues. Sous l’impulsion du maire de la ville et vice-président de la Métropole, Gaby Charroux, les communistes des Bouches-du-Rhône défendent des propositions « pour une nouvelle Métropole ».

En 2015, la création de la Métropole Aix-Marseille-Provence était votée par le Parlement contre l’avis d’une écrasante majorité de maires et d’intercommunlités des Bouches-du-Rhône. Guidée par une vision centralisatrice et technocratique et sans moyens financiers, c’est, pour l’heure, un échec.

Mise en place en 2016, la super structure n’a fait preuve d’aucune avancée notable quant aux transferts de compétences.

Aujourd’hui, face à l’impasse, l’écoute est de mise. Le préfet de Région Pierre Dartout s’est dit « preneur de toutes propositions et suggestions ». Le maire de Martigues Gaby Charroux, vice-président communiste de la Métropole, président du conseil de territoire du Pays de Martigues, a rendu public le 7 juin dernier un « Manifeste pour une nouvelle Métropole », aux côtés notamment du député communiste des Bouches-du-Rhône, Pierre Dharréville et du maire d’Arles, Hervé Schiavetti (PCF).

L’objectif est de recentrée la métropole autour de grandes compétences : transports, santé, éducation supérieure, environnement et développement économique. La gestion des compétences de proximité serait confiés aux conseils de territoires et aux communes. « Ce qui nous guide, c’est l’amélioration des conditions de vie. Paris a bien défini des territoires avec une indépendance financière. Martigues doit pouvoir gérer sa petite enfance comme son crématorium », a rappelé Gaby Charroux lors du débat qui s’est déroulé samedi à Martigues dans le cadre du festival Terres de Résistance.

La méthode?  Organiser « la tenue d’états généraux sous l’égide du préfet de région pour redéfinir les compétences métropolitaines et départementales », précise Pierre Dharréville.

Parmi les autres propositions, le développement des transports est la grande priorité. D’où le lancement d’« une grande consultation sur la gratuité des transports », annonce Gérard Frau, conseiller départemental. L’occasion d’expliquer qu’il est possible de financer cette gratuité et le développement des transports collectifs par une augmentation de 3% du versement transport payé par les entreprises.

La mise en place des modalités de cette consultation sont à l’agenda de la rentrée des communistes du département.

FV avec MG
Article tiré de la Marseillaise  le 4 septembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s