J.Luc Mélenchon – «Macron et Merkel sont des contre-humanistes»

Profitant de la rencontre à Marseille entre le président français et la chancelière allemande, le chef de file de La France insoumise à battu en brèche les ambitions d’«arc progressiste» face aux nationalismes affichées par les deux dirigeants pour les européennes.

L’ombrière du Vieux-Port de Marseille n’abritait pas plus de 200 personnes, ce vendredi midi, mais le rassemblement organisé par La France insoumise se voulait surtout «symbolique», a relevé Jean-Luc Mélenchon. Ce qui compte, pour le député marseillais, c’est que le message porte suffisamment pour atteindre le Palais du Pharo, à quelques mètres de là, où Emmanuel Macron et Angela Merkel étaient attendus en fin d’après-midi, pour une rencontre à huis clos. Le leader des insoumis aura lui aussi l’occasion de croiser le président de la République puisque ce dernier a convié quelques élus locaux – dont le député Mélenchon – à une rencontre en amont de son rendez-vous avec la chancelière allemande. «Je viens de recevoir l’invitation il y a dix minutes seulement», raille-t-il au milieu de ses troupes qui avaient sorti, pour l’occasion, des drapeaux «Stop Macron». «Je voudrais bien aussi voir madame Merkel de près, rêve encore Mélenchon à voix haute. Pour m’habituer… Qu’elle voit ce que c’est un Français qui tient tête. Parce que jusqu’à présent, elle n’a eu que des gentils et des mignons face à elle… avec moi, terminé !»

Il n’aura probablement pas l’occasion de croiser la chancelière. Celle-ci devait arriver vers 16h30, juste avant son rendez-vous avec le président français – deux heures de discussion suivis d’un dîner de travail avec, au menu, les questions migratoires, l’euro et le numérique notamment. Face aux médias, Mélenchon a suggéré un autre programme : «Ils auraient pu aller faire un tour dans les quartiers de la ville. Ils verraient le recul des administrations publiques, l’abandon, la pauvreté, qui sont les conséquences de la politique que ces deux-là soutiennent.» Marseille, c’est aussi le port où l’Aquarius, le navire de SOS Méditerranée, a fait escale pour quelques jours. «Il n’y a aucun argument qui tient en face du devoir d’assistance humaine aux gens abandonnés en mer», a encore insisté le chef de file des insoumis. Et de renvoyer dans les cordes le couple franco-allemand et ses ambitions «d’arc progressiste» européen face aux nationalistes anti-migrants, l’une des raisons du tête-à-tête marseillais. «Les deux viennent faire les malins ici en disant « nous sommes des humanistes »… mais ce sont des contre-humanistes, fondamentalement, philosophiquement, affectivement», a tranché Jean-Luc Mélenchon, appelant les électeurs à manifester leur désaccord en infligeant une «raclée démocratique» à Emmanuel Macron lors des prochaines européennes. «S’il est battu, toute l’Europe entendra que les Français n’en peuvent plus de cette vision-là de l’organisation de leur destin, martèle l’ancien député européen. Il faut qu’ils votent pour celui qui crée le plus grand souci à Emmanuel Macron, ce qui lui est le plus exaspérant. Me v’là !»

Photo : Patrick Gherdoussi
Stéphanie Harounyan
Article tiré de Libération  le 7 septembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :