Marche pour le climat – Des dizaines de milliers de personnes défilent en France

Des rassemblements étaient organisés dans de nombreuses villes à travers le pays pour appeler le gouvernement à faire des enjeux climatiques une priorité.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont participé ce samedi 8 septembre en France à des marches pour le climat, répondant notamment à un appel citoyen pour faire des enjeux climatiques une priorité du gouvernement, après la démission du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot.

A Paris, avec des slogans comme : «Ne nous laissez pas brûler»«terre + erreur = terreur», ou des pancartes dénonçant la «politique des petits pas» épinglée par l’ex-ministre, une foule de tous âges, dont de nombreuses familles, s’est rassemblée place de l’Hôtel de Ville, avant de s’élancer vers la place de la République. «C’est extraordinaire, les gens sont au rendez-vous», s’est réjouie Clémence Dubois, responsable des campagnes en France de l’ONG américaine 350.org, qui a aidé à organiser cette marche. «C’est la première fois depuis longtemps qu’un événement aussi massif» se déroule en faveur de l’environnement, s’est-elle félicitée. Le rendez-vous a réuni 18 500 personnes dans la capitale selon la police, 50 000 selon 350.org.

Des événements similaires étaient organisés dans le pays. Plusieurs milliers de personnes ont ainsi parcouru 3 km à Bordeaux jusqu’au site où se tient le festival Climax, dédié à l’éco-mobilisation. A Marseille, environ 2 500 personnes selon les organisateurs, 700 selon la police, ont défilé dans une ambiance joyeuse et familiale, en présence notamment de Jean-Luc Mélenchon, leader de La France Insoumise. Dans l’Ouest, entre 3 000 et 5 000 personnes (selon la police et les organisateurs) se sont rassemblées à Rennes et 1 200 à Nantes. Plusieurs centaines ont défilé dans des villes normandes comme Rouen, Caen et Le Havre

A Strasbourg, 3 800 personnes (selon la police) ont défilé dans l’après-midi. Aux côtés de pancartes pour la défense du climat, clamant notamment «Pour une Alsace verte»«Flambez la tarte, pas la terre»«Biodiversité je t’aime», la manifestation était aussi celles des opposants au Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg, projet de rocade autoroutière auquel la préfecture vient de donner son feu vert. «Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, péché le dernier poisson, alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas», prédisait une pancarte tenue par Perrine, Colmarienne de 33  ans.

Photo : Boris Allin – Hans Lucas
Article tiré de Libération  le 8 septembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :