Parcoursup – Des passerelles pour les bacs pro recalés

Des lycées d’Aix-Marseille ouvriront des classes passerelles aux lycéens de bac pro naufragés de Parcoursup. Un dispositif monté à la hâte qui pourrait pénaliser les élèves.

La phase principale de Parcoursup s’est achevée le 5 septembre dernier, sans que l’on sache exactement combien de bacheliers de l’académie d’Aix-Marseille sont restés sur le carreau.

La semaine dernière, ils étaient un peu plus de 3 000 au plan national, toujours sans affectation. Parmi ces naufragés, ceux dont on parle peu, les bacheliers de bac pro, qui n’ont été pris nulle part, notamment en BTS. Pour ceux qui n’ont pas totalement renoncé « la rentrée n’aura lieu que fin septembre, après entretien », explique Caroline Chevé, responsable académique du Snes-FSU. Ces bacheliers recalés à cause de leur dossier scolaire pourraient d’ici fin septembre, intégrer des classes passerelles, dans cinq lycées de l’académie et suivre des cours, en attendant d’occuper une place laissée vacante par des élèves « décrocheurs » de BTS.

Une année en salle d’attente

« On ne sait pas si c’est une solution de bon sens », met en doute Caroline Chevé. Le dispositif lié à l’échec de Parcoursup a le mérite d’exister, parce que pour la première fois on s’occupe d’élèves qui allaient être refusés à la fac et en BTS. Mais, sans moyens engagés de manière pérenne, les classes vont fonctionner avec des heures sup’. L’année prochaine devront-ils se réinscrire sur Parcoursup avec leur dossier de terminale, le même avec lequel, ils ont été recalés ? « On ne sait pas s’il y aura un bonus pour les élèves. Rien n’a été arrêté », explique Caroline Chevé. Cette passerelle sorte de « Prépa » « est arrivée assez tardivement. 30% des bac pro auraient dû intégrer des BTS, mais nos lycéens se sont retrouvés en concurrence avec des élèves de lycée général. Il y a un effet ségrégation de Parcoursup », assure Magali Hidalgo, professeure de lettres au lycée professionnel Le Chatelier à Marseille et syndiquée à la CGT Educ’action. Parcoursup a fragilisé les élèves déjà affaiblis par la réforme du lycée professionnel de 2019. à terme, les syndicats craignent que les classes passerelles ne soient qu’un effet d’annonce. «Des salles d’attente », dans lesquelles, les jeunes sont priés de patienter.

Catherine Walgenwitz
Article tiré de la Marseillaise  le 12 septembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s