Quand Parcoursup menace l’avenir

L’éditorial de Patrick Apel-Muller.  APB ne mérite ni fleurs ni couronnes. Trop d’étudiants sont restés sur le carreau. Mais Parcoursup semble plus redoutable encore. 

Les enseignants du secondaire et du supérieur le craignaient ; des centaines de milliers de bacheliers l’ont éprouvé. La liste est interminable de ceux qui ont finalement jeté l’éponge et renoncé à poursuivre leur chemin à l’université, ont été enfermés dans des formations qu’ils ne désiraient pas et qui ne leur convenaient pas, ou ont dû chercher des formations privées et fort chères. Pour trouver une place, mieux valait habiter les beaux quartiers, ont dénoncé les lycées de banlieues populaires, exemples à l’appui.

La logique informatique qui semblait mettre chacun sur un pied d’égalité s’avère un redoutable outil de sélection qui dissimule le refus d’investir dans l’éducation à hauteur des aspirations des jeunes et des besoins d’une société qui exige des qualifications toujours plus poussées et une culture suffisamment vaste pour embrasser les évolutions des métiers. De tout cela, le pouvoir fait bon marché et ses passages cloutés vers l’emploi sont des sens obligatoires. Jean Jaurès s’indignait que l’emploi soit considéré comme « une marchandise que les détenteurs du capital acceptent ou refusent à leur gré »… L’enseignement et la formation sont la cible du même arbitraire.

Alors que le gouvernement constate que le numerus clausus appliqué aux études de médecine a causé de redoutables dégâts et participé à la constitution de déserts médicaux, c’est la même logique restrictive qui s’insinue au cœur de l’université. D’autres projets s’esquissent cohérents avec le projet de société porté par le pouvoir et le Medef. Au fond, Parcoursup est un maillon de cette logique qui destine un horticulteur à faire la plonge dans les arrière-cuisines du quartier Montparnasse, à Paris. Et l’accuse d’être responsable de son mauvais sort. Plus que jamais, le mot de Malraux peut devenir mot d’ordre : « La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert. »

 Patrick Apel-Muller
Article tiré de l’Humanité 
le 24 septembre 2018

Publicités

Une réflexion sur “Quand Parcoursup menace l’avenir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s