« Sauvons celles qui sont encore vivantes » – L’appel de 88 personnalités contre les violences conjugales

TRIBUNE – A l’initiative de Muriel Robin, 88 personnalités lancent un appel à Emmanuel Macron pour agir contre les violences conjugales.

« Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou de son ancien conjoint. L’an dernier, 123 ont ainsi perdu la vie. Et 225.000 autres ont été victimes de violences conjugales. Ces femmes ne sont pas des inconnues : ce sont nos mères, nos filles, nos amies, nos voisines. Le président de la République Emmanuel Macron a fait de l’égalité femmes-hommes la grande cause de son quinquennat ; et la lutte contre les violences faites aux femmes a été proclamée ‘grande cause nationale’ pour l’année 2018. Et pourtant, un silence assourdissant persiste. Il faut que cela s’arrête. Il faut que notre cri de révolte soit aussi retentissant que le déni qui règne aujourd’hui.

Monsieur le président, agissons pour que ces femmes ne meurent plus dans l’indifférence totale, pour que nous n’ayions plus honte de ces cadavres.

Les lois existent, mais leur application est inégale. Des initiatives efficaces sont développées, mais leur déploiement repose trop souvent sur l’implication de quelques-uns. Il faut donner les moyens d’agir à ceux qui prennent en charge les femmes victimes et les hommes auteurs de ces violences.

En mettant fin à l’horreur, une femme battue ne doit pas être doublement terrifiée par un autre cauchemar qui va commencer. Lors des premiers dépôts de plainte, les victimes doivent être écoutées avec la plus grande attention. Nous demandons une formation O.B.L.I.G.A.T.O.I.R.E nationale de tous les métiers de loi (police, gendarmerie, juges, magistrats) et un plan d’urgence pour l’hébergement des femmes.

Il faut faire évoluer la médiation pénale, en imposant à l’agresseur une interdiction d’approcher le domicile de l’agressée. Il faut contraindre les hommes ‘violents’ à se soigner.

Enfin, il est urgent de repenser la loi sur la légitime défense : comment une femme pourrait-elle répondre en ‘proportion’ à un ou des coups de poings donnés par un homme? C’est impensable. Pour les cas de violences conjugales, qui touchent aussi les enfants, la légitime défense est obligatoirement différée et ne peut être proportionnée. Une évolution de la loi devrait néanmoins se garder de donner le droit aux victimes de se faire justice elles-mêmes. C’est cet inextricable qu’il faut résoudre.

Si vous voulez manifester votre engagement, je vous propose que nous nous retrouvions toutes et tous le samedi 6 octobre à 14h, devant le Palais de Justice de Paris. Tous ensemble, montrons à ces femmes que nous leur tendons la main, et que viendra un jour où elles ne seront plus seules. »

Les signataires : Roselyne Bachelot, Laurent Baffie, Victoria Bedos, François Berléand, Stéphane Bern, Philippe Besson, Sarah Biasini, Max Bloubil, Carole Bouquet, Laurent Boyer, Zabou Breitman, Nicolas Briançon, Clémentine Célarié, Emmanuel Chain, Claude Chirac, Ladislas Cholat, Julien Clerc, Jérôme Commandeur, Géraldine Danon, Eva Darlan, Sophie Davant, Josée Dayan, Christophe Dechavanne, Vincent Dedienne, Anouchka Delon, Alice Dona, Michel Drucker, Antoine Duléry, Jean-MarcDumontet, Michel Fau, Audrey Fleurot, David Foenkinos, Marc-Olivier Fogiel, Liane Foly, Catherine Frot, Stéphanie Fugain, Maryse Gildas, Isabelle Giordano, Cyril Hanouna, Stéphane Hillel, Christophe Honoré, Marine Jacquemin, Valérie Karsenty, Alexandra Kazan, Diane Kurys, Alexandra Lamy, Catherine Lara, Michèle Laroque, Anne Le Nen, Annie Lemoine, Nolwenn Leroy, Pierre Lescure, Alex Lutz, Maïwen, Olivier Marchal, Corinne Masiero, Ariane Massenet, Mimie Mathy, Amélie Mauresmo, Mathilda May, Kad Merad, Isabelle Mergaux, Raphaël Mezrahi, Bernard Murat, Isabelle Nanty, Claire Nebout, Pierre Niney, Christine Orban, Olivier Orban, Pierre Palmade, Katerine Pancol, Vanessa Paradis, Fabienne Pascaud, Marie-Claude Pietragalla, Stéphane Plaza, Line Renaud, Yves Rénier, Nathalie Rheims, Jean-Michel Ribes, Muriel Robin, Patrick Sabatier, Alain Sachs, Patrick Sébastien, Mathilde Seigner, Élie Semoun, Coline Serreau, Sheila et Elsa Zylberstein.

Contre l’indifférence

Parmi toutes les exactions subies par les femmes, les violences conjugales sont celles dont on parle le moins. Moins que des viols, moins que du harcèlement, moins que des inégalités salariales. Chaque année, la barbarie ordinaire fait pourtant des dizaines de milliers de victimes. Elle meurtrit des familles, ruine et ôte des vies, déshonore la société tout entière. Le taire serait l’accepter. Aussi le JDD a-t-il décidé de rompre avec sa tradition de neutralité pour s’engager au côté de Muriel Robin et de ses cosignataires. Parce que l’indifférence est aussi une violence.

Hervé Gattegno, directeur de la rédaction du JDD

Photo AFP/Xavier Leoty
Article tiré du JDD  le 23 septembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s