J.Luc Mélenchon – Encore un plan pour démolir l’hôpital public

Ça va saigner. Les coupes claires vont continuer dans la santé. Voilà l’enseignement premier du discours du président pour présenter le « plan santé ». La presse a annoncé une soi-disant « rallonge budgétaire » de 400 millions d’euros. Il s’agit d’un artifice. Macron a annoncé que les dépenses de santé augmenteront en 2019 de 2,5%. Mais, d’après l’administration de la Sécurité sociale, l’augmentation naturelle des dépenses de santé est de 4,5% par an, du fait du vieillissement de la population, du développement de certaines maladies et d’autres facteurs. Au total, il faudra donc faire 3,8 milliards d’euros d’économies supplémentaires l’année prochaine. Dans ces conditions, aucune des paroles de Macron ne peut apporter une perspective d’amélioration pour un service public de santé déjà à bout de souffle.

Tout le reste est déterminé par ce cadre budgétaire. Cadre qui est bien entendu la conséquence de l’application des règles budgétaires de l’Union européenne. Il ne peut donc au mieux que proposer de microscopiques solutions. Ainsi, il veut créer 400 postes de médecins salariés censés résoudre le problème des déserts médicaux. Sachant que pour les seuls généralistes, le phénomène touche 6 millions de personnes. Et c’est bien plus pour certaines spécialités. Des observateurs ont donc parlé de mauvaise blague a ce sujet.

Quant à la « réorganisation » des hôpitaux évoquée par Macron, il s’agit bien de fermetures de services. Il veut transformer des « petits » hôpitaux en « hôpitaux de proximité ». Ceux-ci se cantonneraient à des services de gériatrie, rééducation, imagerie, biologie ou télémédecine. Cela signifie donc, dans les zones rurales et dans les petites villes où se trouvent ces hôpitaux encore plus de fermetures de services chirurgicaux, de services d’urgences ou de maternités. Ceci alors que le tiers des maternités ont déjà disparues depuis 20 ans. Ce plan massif de fermetures de services pourrait concerner jusqu’à 600 hôpitaux.

Les grands bénéficiaires de cette disparition du service public seront les cliniques privées. Elles ne s’y sont d’ailleurs pas trompées. À peine le discours terminé, la fédération des hôpitaux privés réagissait : « C’est une réforme à la hauteur des enjeux. Nous sommes prêts à relever ensemble ce défi ». Depuis 20 ans, ils sont les grands gagnants de la destruction du service public. En effet, depuis 1996, 60 services d’urgences ont été fermés dans des hôpitaux publics. Dans le même temps, 138 services d’urgences privées ouvraient leurs portes. Le « plan santé » de Macron accélèrera cette privatisation rampante de la santé.

Macron compte évidemment sur la médecine libérale pour pallier les manques de l’hôpital public. Il veut par exemple que les urgences non vitales soient prises en charge par des permanences tournantes de la médecine de ville. Et encore renforcer l’exercice de la médecine libérale au sein même de l’hôpital public. Mais tout le monde comprend bien que remplacer l’hôpital public par la médecine libérale telle qu’elle fonctionne aujourd’hui c’est renforcer les inégalités devant l’accès aux soins. 45% des médecins spécialistes pratiquent des dépassements d’honoraires en moyenne de 56% au-dessus du tarif de la Sécurité sociale. Ce renchérissement de la santé conduit de nombreuses personnes à renoncer aux soins. Ils sont, selon les enquêtes entre un quart et un tiers à renoncer au moins une fois dans l’année à aller se faire soigner. Pour des raisons financières.

Le relèvement de notre système de santé et le niveau de soin de la population passe par le retour du service public et la progression de la Sécurité sociale. Emmanuel Macron semble avoir tiré deux idées de notre programme L’Avenir en commun : la suppression du numérus clausus dans les facs de médecine et la fin du « tout tarification à l’acte ». Il nous restera à faire la création d’un véritable corps de médecins fonctionnaires et de centres de santé pour lutter contre les déserts médicaux, l’embauche de 60 000 personnels soignants pour soulager les hôpitaux ou le 100% remboursé par la sécurité sociale pour éradiquer le renoncement aux soins.

Jean-Luc Mélenchon
Article tiré de son blog  le 27 septembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s