A Varsovie, 200 personnes manifestent pour défendre les valeurs européennes

Comme dans plusieurs dizaines d’autres villes européennes, un rassemblement pour une Europe unie, démocratique, et contre les nationalismes et le fascisme s’est tenu ce samedi 13 octobre à Varsovie, en Pologne.

Rendez-vous a été donné devant la très symbolique Cour suprême. Le lieu n’a pas été choisi au hasard : elle illustre à elle seule le conflit entre l’Union européenne et le gouvernement polonais ultra-conservateur. Depuis deux ans, celui-ci met au pas la justice et modifie la composition de l’institution, au grand dam de la Commission européenne qui a saisi la Cour de justice de l’UE pour faire cesser ces nominations. Mais rien ne semble faire bouger le gouvernement.

Ce samedi après-midi, Maria arbore un tee-shirt sur lequel on peut lire « Constitution » et sur son dos, le drapeau européen. A seulement 14 ans, l’adolescente manifeste régulièrement contre le gouvernement. « En ce moment, dans mon pays, les valeurs européennes sont en crise. Alors c’est important de se mobiliser pour les défendre. Je suis ici parce que je suis patriote, j’aime mon pays. Et cela n’a rien à voir avec du nationalisme », justifie-t-elle.

A côté d’un grand drapeau européen tendu dans la foule, Alexandra voit son pays se refermer sur lui-même. Elle dénonce aussi les tentatives de mise au pas de la Cour suprême, ici, par le parti au pouvoir. Et appelle l’Europe à l’aide : « Aujourd’hui, nous recevons beaucoup d’argent de Bruxelles. Alors la Commission européenne et la Cour de justice de l’Union pourrait nous punir en nous retirant une partie de cet argent. Mais elles ne le font pas encore, elles agissent trop lentement. Et en attendant, notre gouvernement en profite et poursuit sa politique. »

Mais pour Rafal Trzaskowski, candidat de l’opposition aux municipales à Varsovie, il n’est pas encore trop tard. « Le PiS (le Parti droit et justice, au pouvoir, ndlr) nous pousse dans les marges de l’Europe. J’ai été ministre des Affaires européennes, député européen. Nous devons nous battre pour conserver cet esprit à Varsovie et en Pologne. Rien n’est perdu », assure Rafal Trzaskowski.

Mais, hors micro, une manifestante, habituée des rassemblements ici, est très déçue. Car ils étaient à peine 200 à manifester ce samedi, contre des milliers il y a quelques mois pour défendre les juges de la Cour suprême.

Photo RFI/Thomas Giraudeau
Thomas Giraudeau, correspondant à Varsovie
Article tiré de RFI  le 13 octobre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s