Révisionniste, anticommuniste, libéral – Le programme de Bolsonaro pour le Brésil

Au Brésil, le candidat d’extrême droite, Jair Bolsonaro, obtiendrait 59% des votes dans la course à la présidentielle, contre 41% pour Fernando Haddad, selon le dernier sondage. Ultraconservateur, Jair Bolsonaro se présente comme le grand favori pour le deuxième tour du 28 octobre et son projet de gouvernement commence à se faire plus précis.

Isolé des médias ces dernières semaines après son hospitalisation suite à son agression au couteau, Jair Bolsonaro et son équipe de campagne dévoilent à présent davantage leurs intentions. Education, infrastructures, valeurs morales, environnement : tous les secteurs sont abordés via le prisme de l’extrême droite conservatrice.

Ses futurs ministrables s’expriment par ailleurs dans la presse avec plus de liberté. Plusieurs militaires hauts gradés en feront partie, comme le général Ribeiro Souto, responsable du programme en matière d’éducation de Jair Bolsonaro. Il compte mettre en place une « nouvelle bibliographie pour les écoles » pour « enseigner la vérité sur 1964 »,la date du coup d’Etat militaire qui a instauré la dictature jusqu’en 1985. Quant à celui qui est pressenti pour être ministre de l’Education, il dit vouloir mettre en avant le patriotisme et le nationalisme dans l’enseignement.

Au plan économique, un général de réserve qui pourrait être nommé ministre des Infrastructures. Il se dit favorable à la reprise des grands projets d’infrastructures dans la région amazonienne. La question controversée de la démarcation des terres indigènes sera son dossier brûlant. Jair Bolsonaro ne cache pas son intention d’autoriser des projets industriels, hydrauliques et miniers dans les zones protégées. Ils ont d’autant plus de chance d’être approuvés au Congrès qu’avec l’arrivée de nouveaux députés militaires, les ultraconservateurs y constituent désormais l’un des principaux groupes parlementaires.

« La volonté de la majorité »

Quant à la politique sociale, Jair Bolsonaro a été très clair ce 16 octobre durant une interview. Il assure qu’« il n’y aura plus d’argent public pour les ONG d’activistes qui défendent les droits de minorités ». Ce qui compte pour lui, « c’est la volonté de la majorité ».

Connu pour son anticommunisme viscéral, Jair Bolsonaro a aussi exprimé sur son intention d’extrader Cesare Battisti vers l’Italie, où l’ancien militant d’extrême gauche a été condamné pour meurtre. Jair Bolsonaro n’aura pas tardé à s’emparer de ce sujet de crispation dans les relations diplomatiques entre le Brésil et l’Italie. Sur Twitter, dans un message en portugais et en italien, il a pris position contre Cesare Battisti, en le traitant de « terroriste ».

L’ancien membre des Brigades rouges est réfugié au Brésil depuis 2004 et l’Italie demande son extradition. Il a été condamné par contumace à la prison à perpétuité pour plusieurs meurtres commis à la fin des années 1970. L’ancien président Lula, puis la Cour suprême brésilienne, lui ont pour l’instant permis de rester vivre dans le sud du pays. Son sort est désormais lié au résultat de l’élection présidentielle.

Photo : AFP – Fernando Souza
François Cardona
Article tiré de RFI  le 17 octobre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s