Le prix Sakharov remis au cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, emprisonné en Russie

Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov a été condamné à vingt ans de prison en Russie pour avoir, selon Moscou, planifié des attentats terroristes en Crimée.

Le Parlement européen a décerné, jeudi 25 octobre, son prix Sakharov « pour la liberté de l’esprit » au cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, condamné à vingt ans de prison en Russie pour avoir, selon Moscou, planifié des attentats terroristes en Crimée après l’annexion de celle-ci par la Russie. Des accusations que le cinéaste nie. Reconnu coupable par la justice russe de « terrorisme » et « trafic d’armes » en 2015 dans sa Crimée natale, à l’issue d’un procès dénoncé comme « stalinien » par Amnesty International, Oleg Sentsov, 42 ans, est depuis détenu dans une prison du Grand nord russe.

Le 14 mai, il entame une grève de la faim pour exiger la libération de tous les « prisonniers politiques » ukrainiens détenus en Russie. Il y met fin le 5 octobre pour obtenir la libération par Moscou de tous les « prisonniers politiques ukrainiens ». Malgré ses problèmes de foie, de cœur et de cerveau, la libération du cinéaste semble plus éloignée que jamais, lui-même se refuse à demander une grâce présidentielle. L’Union européenne, qui a imposé des sanctions diplomatiques et commerciale à la Russie après l’annexion de la Crimée, a déclaré que sa condamnation « constituait une violation du droit international ». Le département d’Etat américain l’a qualifiée de « déni de justice manifeste ».

De sa carrière de cinéaste, le public retient surtout son film Gamer, tourné avec seulement 20 000 dollars de budget, qui raconte l’histoire d’un adolescent qui participe à des compétitions de jeux vidéo tout en faisant face à une vie quotidienne difficile dans un village d’Ukraine. La préparation de son film Rhino en 2014 est interrompue quand ce père de deux enfants décide de s’engager dans Automaïdan, une des branches du mouvement pro-européen qui a conduit à la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovitch en février 2014, après plusieurs mois de manifestations.

Photo Reuters/Sergey Pivovarov
Article tiré de Franceinfo . le 25 octobre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s