Brésil – Haddad fait un discours combatif

Fernando Haddad, le candidat du Parti des Travailleurs à la présidence de la République battu par le candidat d’extrême-droite Jair Bolsonaro (PSL) ce dimanche a fait un discours combatif dans un hôtel du centre de de São Paulo d’où il avait suivi le scrutin avec la candidate à la vice-présidence Manuela D’Ávila (PcdoB) et de ses partisans parmi lesquels des syndicalistes, des dirigeants de mouvements populaires et de partis de gauche comme le Psol.

« J’ai appris de mes ancêtres la valeur du courage pour défendre la justice à tout prix. De ma mère, mon père, la mémoire de mes grands-parents, j’ai appris que le courage est une valeur très importante quand on vit en société parce que toutes les autres valeurs dépendent d’elle, » a-t-il déclaré. « En regardant dans les rues de ce pays, j’ai senti l’angoisse et la peur dans les expressions de beaucoup de gens qui en venaient à sangloter d’avoir tant pleuré, à ces gens, je voudrais leur dire : « N’ayez pas peur, nous sommes là, nous sommes ensemble. Nous serons avec vous, nous embrassons votre cause, courage, la vie est faite de courage ! » et il a déclenché des cris de « Vive le Brésil! »

Le candidat a rappelé que dans la dernière ligne droite de la campagne, il a reçu le soutien de gens qui étaient affiliés à des partis ou à des mouvements politiques, une mobilisation qu’il a qualifiée de « grande fête de la démocratie. » 

« Les droits civils, les droits politiques, les droits du travail et les droits sociaux sont en jeu en ce moment. Nous avons un travail énorme pour le pays qui est, au nom de la démocratie, de défendre la pensée et la liberté de ces 45 millions de Brésiliens qui nous ont accompagnés jusqu’ici. « Nous, qui aidons à construire l’une des plus importantes démocraties du monde, nous nous engageons à la conserver et à en pas accepter de provocations ni de menaces, » a souligné Haddad.

Faisant allusion à l’hymne national « tu verras qu’un professeur ne fuit pas la lutte et que celui qui aime la liberté ne craint pas la mort elle-même, » le candidat du PT a affirmé qu’il « remet sa vie à son pays pour défendre les citoyens. » « Nous reconnaissons le citoyen en chaque Brésilien, en chaque Brésilienne et nous n’allons pas laisser ce pays derrière nous. Nous allons défendre nos points de vue en respectant la démocratie et les institutions et ce qui est en jeu à partir de maintenant – et il y a beaucoup de « choses en jeu maintenant, » a-t-il affirmé.

« Dans 4 ans, nous aurons de nouvelles élections et nous devons garantir les institutions jusque là. Nous n’allons pas abandonner nos professions et nos bureaux mais nous allons tout le temps défendre les citoyens puisque le Brésil n’a jamais eu autant besoin qu’on défende les citoyens qu’aujourd’hui, » a-t-il conclu.

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos
Article tiré de Bolivar Infos  le 29 octobre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s