Marseille – 10.000 signatures pour contrer dans la réfection des écoles par le privé

Les élus municipaux Benoît Payan et Jean-Marc Coppola espèrent recueillir 10 000 signatures d’une pétition citoyenne, obligeant la majorité à inscrire à l’ordre du jour un rapport demandant à la Ville de reprendre en main la rénovation des écoles.

C’est un héritage à un milliard d’euros dont personne ne veut. À l’exception de la majorité municipale de droite, l’opposition est totale à la décision de Jean-Claude Gaudin : lancer un chantier de rénovation de 34 écoles, pour l’essentiel de démolition-reconstruction, via un partenariat public-privé (PPP) sur 25 ans, pour un milliard d’euros.

Depuis un an, la question agite le débat. Sans forcément être prévu à l’ordre du jour par la majorité, lors du prochain conseil municipal de décembre, le PPP des écoles pourrait pourtant bien faire l’objet d’une délibération. C’est ce que souhaitent les conseillers municipaux Benoît Payan (PS) et Jean-Marc Coppola (PCF). Hier, ils ont lancé une pétition en ligne *. Objectif : atteindre les 10 000 signatures et faire jouer une disposition du règlement intérieur : « Cela obligerait la Ville à inscrire à l’ordre du jour une délibération rédigée par nos soins », indique Jean-Marc Coppola. Celle-ci comporte deux articles : l’abrogation de la délibération du 16 octobre 2017 actant le principe du PPP et le lancement d’études visant à la rénovation lourde des écoles.

Economiser 300 millions

Pour ce faire, les élus s’appuient sur le contre projet du collectif Marseille contre les PPP. Composé de syndicats d’architectes, de professionnels du bâtiment mais aussi d’enseignants, parents d’élèves et contribuables, le collectif propose d’économiser 300 millions d’euros en privilégiant une rénovation lourde, en maîtrise d’ouvrage publique, plutôt que la démolition-reconstruction.

« Pour la première fois, les Marseillais vont faire irruption de l’hémicycle en s’emparant de la délibération, justifie Benoît Payan. La majorité devra avoir l’estomac bien accroché pour voter contre une économie de 300 millions d’euros. » « On montre aussi que nous sommes forces de propositions », complète Jean-Marc Coppola. « On était au courant de cette démarche que nous soutenons et allons relayer », se réjouit Pierre-Marie Ganozzi, secrétaire départemental de la FSU et membre du collectif contre les PPP, qui se réunit demain soir. « Il faut que le débat soit ouvert », défend-t-il.

« Il l’a été, il l’est et le sera encore, c’est légitime, nous mêmes on a hésité avant de trancher », assure Yves Moraine. Le président (LR) du groupe de la majorité valide sur la forme la disposition brandie par la gauche : « On s’y prêtera. » Mais le maire des 6-8 y voit aussi« un coup d’auto-promo politique, comme un coup d’épée dans l’eau ». Pas question donc de revenir sur le PPP. « Les Marseillais ont confié à Jean-Claude Gaudin la majorité de cette ville en 2014 et, jusqu’en 2020, c’est elle qui décide », martèle-t-il. Vu l’ampleur de l’opposition, la majorité semble pourtant minoritaire…

Florent de Corbier
Article tiré de la Marseillaise  le 6 novembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s