Etre ou ne pas être dans la rue le 17 novembre, là n’est pas la question

Alors que les «gilets jaunes» prévoient de manifester contre la hausse du prix du carburant, le gouvernement choisit de diviser la société et refuse de prendre la mesure de l’enjeu climatique.

Tribune par Vincent Liegey chercheur et coordinateur des conférences internationales de la Décroissance et de la coopérative sociale Cargonomia de Budapest (Hongrie). 

Avant de partir rejoindre ma famille pour le week-end de la Toussaint dans le sud de la Haute-Marne, j’avais entendu parler de la grogne montante autour du prix du gazole. J’étais très loin d’imaginer son intensité ! A mon arrivée, je suis tout de suite alerté à la vue des gilets jaunes sur le tableau de bord de toutes les voitures croisées, de même avec mes premières rencontres mais surtout en lisant le Journal de la Haute-Marne. Dans les éditions du 1er et 2 novembre, pas moins de neuf pages sur le sujet avec des unes on ne peut plus claires : «Coup de pompe», «Cher carburant». Tout au long de ces pages, témoignages à l’appui, on mesure la manière violente dont est ressentie cette «injustice profonde» lorsque «le gouvernement assassine le petit peuple». En effet, dans ces régions, «la voiture c’est essentiel pour aller travailler» et cette hausse signifie «moins de vêtements», «des enfants moins gâtés à l’approche de Noël»… Mais aussi «des vols fréquents, les cuves de fioul renfermant de véritables trésors».

Un autre imaginaire que le mien, bien loin de celui que je retrouve dans ma bulle de vérité en me connectant à mon Facebook, où l’on raille ces «ploucs» qui n’ont rien compris et qui feraient mieux de prendre, comme nous, à Paris ou Budapest, leur vélo ! C’est du même niveau de mépris que le Premier ministre qui, lors d’un déplacement au Vietnam, en avion, justifie : «J’entends parfaitement la grogne» mais «il n’y a pas de solution magique au problème du dérèglement climatique».

Le président Macron lui emboîte le pas : «Les mêmes qui râlent sur la hausse du carburant, réclament aussi qu’on lutte contre la pollution de l’air parce que leurs enfants souffrent de maladies.» Contradictions, quand elles nous tiennent ! Alors oui, on peut argumenter, chiffres à l’appui, pourquoi le mode de vie des uns n’est pas soutenable, que nous ne payons pas les énergies fossiles à leur vrai prix, que le diesel pollue, etc. Mais est-ce faire de la politique ?

Dans mes conférences, je prends souvent cet exemple pour interpeller sur les bienfaits et l’efficacité de politiques incitatrices, émancipatrices et portées par les citoyens face aux maux engendrés par des politiques imposées. La Hongrie est le troisième pays d’Europe en termes d’utilisation du vélo derrière le Danemark et les Pays-Bas avec une différence majeure : on y retrouve deux types d’usage du vélo. Le moins développé mais le plus mis en avant est celui que l’on observe partout dans les grandes villes, sympa, branché et libérateur, basé sur un choix conscient pour des raisons environnementales et de bien-être. Le deuxième, dans les campagnes, où le vélo se pratique par défaut, vécu comme une humiliation économique, faute de pouvoir s’acheter la voiture, signe de progrès que la publicité nous vend au quotidien sur nos écrans de télé… Dans les deux cas des pratiques vertueuses et désirables en termes de santé publique, convivialité et enjeux climatiques, et pourtant on observe deux ressentis bien différents.

Comment créer du dialogue, avec écoute, respect et empathie, entre ces mondes ? C’est la question à laquelle sont confrontées nos sociétés plus divisées que jamais. Mais il semblerait que le gouvernement fait le choix de diviser pour mieux régner comme dit le vieil adage. Une politique autour des enjeux climatiques qui ne reposerait que sur une fiscalité environnementale est une imposture intellectuelle, qui plus est dangereuse d’un point de vue démocratique mais aussi économiquement absurde.

Une imposture dangereuse

C’est une imposture, car comme l’a rappelé de manière très clair l’ex-ministre de l’Environnement Nicolas Hulot lors de l’annonce de sa démission, il s’agit d’une question systémique. Etre conséquent avec ces enjeux nécessite la remise en question de notre modèle économique toxicodépendant à la croissance, comme nous l’avons débattu au Parlement européen en septembre. C’est une imposture dangereuse d’un point de vue démocratique, car le gouvernement s’attaque à la marge au problème en stigmatisant une certaine partie de la population. Elle participe à la fois à encore plus diviser nos sociétés mais aussi à renforcer un sentiment d’abandon, en période d’explosion des inégalités, qui fait le jeu des replis, des discours simplistes de haine.

Enfin, elle est un non-sens total d’un point de vue économique, car en restant dans un l’imaginaire croissanciste, ces taxes prennent le risque de faire baisser la consommation, donc cette sacro-sainte croissance est en fait une récession dont on connaît les conséquences sociales et humaines…

Ces dernières années, plusieurs pistes de réflexions ont été proposées, débattues mais aussi expérimentées. J’en propose ici quelques-unes, très simples à mettre en place. En termes de transport, donnons-nous dix ans pour sortir de l’aérien en Europe et redévelopper un réseau ferré cohérent et efficace avec trains de nuit et trains régionaux. Mais on ne peut pas parler de transport sans poser la question de l’aménagement du territoire et du pourquoi de notre culte de la mobilité : il faut là avoir une réflexion sur un rééquilibrage entre ville et campagne, relocaliser nos activités, nos productions, nos échanges. Cela passe par la sortie de l’étalement urbain et la revitalisation des centres-villes et des campagnes.

On peut aussi explorer le potentiel du vélo mais aussi des vélocargos, à mettre en place dans toutes les villes et villages et à coupler avec le train. En termes de chauffage, il faut immédiatement mettre en place un grand plan d’isolation thermique couplé au développement du solaire thermique (faire directement chauffer de l’eau avec l’énergie solaire, technique de loin la plus efficace). Sans oublier de mettre un pull chez soi en hiver…

Pour l’agriculture, mettre en place une transition vers le local, de saison, le bio avec un plan de formation, d’accompagnement technique et financier. On peut par exemple le soutenir avec la mise en place de cantines gratuites s’approvisionnant que localement et en bio. De même, il faut repenser la ville afin de la rendre fertile, en explorant par exemple l’agroforesterie urbaine. D’ailleurs planter des arbres devrait être une de nos activités principales. Mais, la première des décroissances doit être celle des inégalités, à travers la mise en place d’un revenu maximum acceptable, la remise en question des dettes publiques ou de la gouvernance de la banque centrale et de la création monétaire. De même, il serait souhaitable d’ouvrir un débat sur le revenu de base.

Rendez-vous le 8 décembre

Ne tombons pas dans le piège qui nous est tendu par le gouvernement qui souhaite construire des fausses divisions en faisant le jeu de l’extrême droite et par là même éluder les vrais débats de fond. Je vis en Hongrie depuis une dizaine d’années et je retrouve les mêmes dynamiques qui ont amené à la mort démocratique de ce beau pays. Allons à la rencontre des uns et des autres pour s’écouter avec bienveillance et empathie. Ce mouvement peut être une chance de co-construire, en sortant des réseaux militants classiques, en cassant les barrières générationnelles et de classes sociales et culturelles, de vraies solutions face aux enjeux du XXIe siècle.

Alors que de plus en plus de personnalités se posent la question de comment porter politiquement la prise de conscience de ces enjeux, en particulier environnementaux, alors que toute une jeunesse aspire à vivre, à travailler différemment, ne laissons passer aucune occasion de nous rencontrer. Occupons les parlements, occupons la rue, réapproprions-nous la politique. La transition sera démocratique, portée par les citoyens ou elle ne sera pas…

Alors rencontrons-nous, écoutons, dialoguons pour mieux se retrouver, toutes et tous le 8 décembre pour les marches climats avec des propositions concrètes et c-construites.

Photo : AFP – Philippe Huguen
Vincent Liegey 
Article tiré de Libération  le 7 novembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :