Asia Bibi – Symbole pakistanais de la lutte contre le fanatisme

La femme du jour. 

Le calvaire de cette chrétienne pakistanaise, devenue bien malgré elle un symbole mondial de la lutte contre le fanatisme religieux, va-t-il se terminer ? À l’heure où ces lignes étaient écrites, la réponse penchait pour le oui. Toutefois, la prudence restait de mise, tant les rebondissements ont été multiples ces derniers jours. La descente aux enfers de cette ouvrière agricole de la région de Lahore, aujourd’hui âgée de 47 ans, a débuté en 2009, à cause d’un simple verre d’eau.

Le 14 juin 2009, elle participe à une cueillette de baies falsa dans le village d’Ittan Wali, dans la province du Pendjab, avec trois autres femmes. À la demande de deux d’entre elles, elle va chercher de l’eau dans un puits. Elle prend un gobelet et boit une gorgée d’eau, avant de rapporter un récipient d’eau. Une des trois femmes refuse alors de s’hydrater, prétextant que l’eau du puits a été souillée par une chrétienne, c’est-à-dire une impure. Une querelle éclate. Ne se démontant pas, Asia Bibi affirme que Mahomet ne saurait être d’accord avec ce que ses collègues lui reprochent. « Comment oses-tu parler comme cela du Prophète, tu viens de commettre un blasphème ! » s’entend-elle dire.

L’année suivante, elle est condamnée à mort pour blasphème. Malgré une indignation internationale et de nombreux soutiens, comme ceux des papes Benoît XVI et François, elle reste emprisonnée. Mais, la semaine dernière, la Cour suprême a ordonné sa libération. Une énorme victoire vite douchée par l’accord surprise passé entre le gouvernement et un parti islamiste radical, le TLP, afin de mettre fin à trois jours de blocage du pays par ces militants islamistes. Ce texte permettait de maintenir Asia Bibi en ­prison, en attendant une révision de la décision de la Cour suprême. Le gouvernement s’engageait aussi à ne pas laisser Asia Bibi quitter le pays. Nouveau coup de théâtre, jeudi. Islamabad a annoncé sa libération. « Elle se trouve dans un endroit sécurisé au Pakistan », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Ce revirement a de nouveau provoqué la fureur des islamistes. « Si la promesse n’est pas tenue et qu’elle est envoyée à l’étranger, alors si Allah le veut, un mouvement commencera qui sera décisif », a mis en garde un des chefs de file du TLP. La balle est désormais dans le camp de l’ancienne star de cricket, le premier ministre, Imran Khan.

Photo AFP
Damien Roustel
Article tiré de l’Humanité . le 9 novembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s