A Paris, les anti-Trump fustigent le «bal des vampires»

Après les commémorations du 11 novembre, quelques centaines de manifestants étaient réunis place de la République cet après-midi pour s’opposer à la venue du président américain. Le rassemblement s’est déroulé dans le calme.

Le ballon flotte au-dessus de la place de la République, solidement amarré à des fils pour ne pas être emporté par le vent. Chaque bourrasque fait s’agiter cette poupée géante de Donald Trump, représenté en bébé grogneur, en slip, téléphone à la main. Parfois, sous les hourras des centaines de manifestants réunis à l’appel de plusieurs collectifs dans une manifestation contre le président des Etats-Unis, venu à Paris commémorer le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

 

Voir l'image sur Twitter
Ballon Trump, parapluie arc-en-ciel et selfie à la manifestation anti-Trump place de la république
 D’abord placé sous haute surveillance, la préfecture craignant la présence de «200 à 400 activistes violents», le rassemblement s’est finalement déroulé dans le calme. A la tribune, les représentants de collectifs se sont exprimés successivement sous l’immense banderole déployée pour l’occasion «Trump = Guerre». «Trump, c’est la guerre, Trump, c’est le sexisme, Trump, c’est le racisme, Trump, c’est l’homophobie. Macron a invité Trump, Poutine et Nétanyahou à un forum de la paix, mais c’est en fait un bal des vampires», scande le président d’un collectif de défense des populations yéménites. Olivier Besancenot, présent en tant que représentant du Nouveau parti anticapitaliste, assène «Trump, c’est une insulte. Notre responsabilité est de lutter contre notre propre impérialisme». Puis, sur la commémoration qui s’est déroulée à quelques kilomètres de là, sous l’Arc de Triomphe : «On est le 11 novembre, les chefs d’Etats célèbrent une guerre qu’ils jugent héroïque, mais il n’y a eu qu’une guerre absurde.»

«Dumb Trump»

Quand la pluie se fait de plus en plus dense et qu’il se fait difficile de scander des slogans, ce sont les pancartes qui parlent. «Trump is a dictator», affiche l’une d’entre elle. «Keep your tiny hands out of my country» («Gardez vos petites mains hors de mon pays», ndlr), «Dumb Trump» («idiot de Trump»), ou «Trump is a very, very, very bad president», clament d’autres. Recroquevillées sous un parapluie, une mère et sa fille portent une pancarte «We are all migrants» («Nous sommes tous des migrants»). «Nous sommes en année sabbatique à Paris, et je dois dire que ça fait du bien de prendre ses distances. On est ici pour protester contre la guerre», assure la mère.

En marge de la manifestation, un collectif de lutte pour les migrants s’est joint au rassemblement. Ils tapent sur des tambours et dansent au milieu de la place, sous la pluie, pour réclamer «l’ouverture des frontières». De l’autre côté de la place, c’est un stand de protestation contre les bombardements à Gaza qui s’est installé. Un militant antinucléaire et des antifascistes sont aussi présents, drapeaux et pancartes à la main. Signe que, le temps d’un après-midi, place de la République, Trump a fédéré, malgré lui, toutes les luttes.

Photo Martin Colombet/Hans Lucas
Gurvan Kristanadjaja
Article tiré de Libération . le 11 novembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :