«Gilets jaunes» – Une centaine de gardes à vue et un appel à un «acte III»

Un « acte II » moins mobilisateur au niveau national, mais avec des incidents violents à Paris… La manifestation des « gilets jaunes » samedi 24 novembre a donné lieu à des échauffourées violentes, principalement sur l’avenue des Champs-Élysées. Au lendemain de la mobilisation, où en est le mouvement ?

Au total 106 301 « gilets jaunes » ont été recensés samedi à 17h dans toute la France, contre 282 710 à la même heure lors de la première journée de manifestations le 17 novembre, selon le ministère de l’Intérieur.

Les « gilets jaunes » qui se sont déplacés à Paris regagnent la province où il se passe encore des actions de blocages aux rond-points, aux abords de centres commerciaux ou aux péages, notamment dans le sud-est et le sud-ouest de la France. Pour les manifestants, il s’agit avant tout d’afficher une présence et montrer que le mouvement perdure.

101 gardes à vue à Paris

A Paris, la prestigieuse avenue des Champs-Élysées a retrouvé son calme. Tôt dans la matinée, une pelleteuse enlevait l’une des dernières barricades jonchant la chaussée tandis que plusieurs camions nettoyaient l’avenue. Les Champs-Élysées portent toutefois les stigmates des violents affrontements de la veille : vitrines brisées ou encore pavés descellés.

La manifestation a donné lieu à 103 interpellations, a indiqué la Préfecture de police de Paris, précisant que 101 personnes ont été placées en garde à vue.

Gilets rouges ?

Barricades qui brûlent à feu vif, fumées noires, grenades assourdissantes, feux tricolores arrachés, ces images de violence sur l’avenue ont fait le tour du monde. Mais selon le ministère de l’Intérieur, « les dégâts sont faibles » comparés à ces images impressionnantes diffusées sur toutes les télévisions.

Par ailleurs l’idée d’un « acte III » fait son chemin. Un appel à une mobilisation a été lancé pour samedi prochain sur la page Facebook du mouvement, toujours sur les Champs-Élysées, avec pour revendication d’« exiger » d’Emmanuel Macron « 1, plus de pouvoir d’achat, 2, l’annulation des taxes sur les carburants ». « Sinon, En Marche vers la démission de Macron ».

Mais « pour le 1er décembre, il faudra faire ça proprement. Aucune casse et 5 millions de Français dans la rue ! », est-il écrit, avec la proposition de mettre en place des « gilets rouges » pour éviter tout débordement.

Photo Reuters/Benoit Tessier
Article tiré de RFI  le 25 novembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s