Marche contre les violences faites aux femmes – «Aujourd’hui, c’était notre moment à nous toutes»

Selon les organisatrices, 30 000 personnes ont défilé ce samedi à Paris contre les violences sexistes et sexuelles. Un rassemblement festif et sans heurt.

Trois kilomètres de cortège violet prêt à «piétiner le patriarcat». Ce samedi, à la veille de la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, des dizaines de milliers de manifestantes et de manifestants ont marché du Palais Garnier à la place de la République, à Paris, pour dire stop «aux violences sexistes et sexuelles». A l’appel du mouvement citoyen #NousToutes – rejoint par les associations réunies sous la bannière #NousAussi – les marcheuses et les marcheurs ont réclamé la fin de «l’impunité des agresseurs» et plus de «moyens financiers pour lutter contre ces violences», un an après le début du mouvement #MeToo. Ils et elles étaient 30 000 dans la capitale selon les organisatrices (12 000 selon la police), et 50 000 dans tout le pays.

Sur leurs pancartes et autres affiches, on lit «ras le viol», «touche à ton cul», «I’m sorry for your fragile masculinity» ou encore «on est le cri de celles qui n’ont plus de voix». Corinne, 56 ans, brandit ce dernier slogan comme un étendard. Victime de violences conjugales pendant presque dix ans, «[elle] n’aurait pas pu être présente aujourd’hui si elle ne s’était pas enfuie de chez [elle], dit-elle à LibérationIl était trois heures du matin. J’avais drogué mon ex-mari pour ne pas qu’il se réveille. J’ai pris mes deux enfants et nous sommes partis. Nous avons marché 13 kilomètres jusqu’à chez ma mère. Je n’ai pas pris la voiture car j’avais trop peur qu’il se réveille. Le soir même, il avait failli me tuer tellement il m’a frappée fort. J’avais la mâchoire déplacée et des marques de strangulations.» Si Corinne a décidé de marcher aujourd’hui, c’est aussi pour «toutes ces femmes qui n’ont pas pu quitter le foyer familial». Manu, son compagnon, est à ses côtés. Un foulard violet à la main, couleur choisie par le mouvement #NousToutes. «Quand j’ai rencontré Corinne, elle avait peur des hommes. Il a fallu lui redonner confiance. Si je suis là aujourd’hui, c’est avant tout pour elle. Mais je suis là aussi pour dire aux femmes « vous n’êtes pas seules ».»

«Nos jupes sont courtes, pas nos idées !» 

Quelques mètres plus loin, Clémence et Marie, étudiantes d’une vingtaine d’années, scandent «nos jupes sont courtes, pas nos idées !»Elles sont venues pour dire stop «aux frottements dans le métro», aux«sifflements dans la rue», «aux réflexions sur [leur] cul ou [leur] poitrine trop systématiques». Beaucoup de jeunes du même âge sont là aujourd’hui. «C’est aussi à la nouvelle génération de porter haut ce combat contre les violences misogynes. Moi, j’ai été sensibilisée dès l’adolescence à ces questions-là. J’espère que la génération suivante sera féministe dès le berceau», développe Maureen, étudiante en sociologie. Tomas, 22 ans : «Trop d’hommes aujourd’hui ne savent toujours pas de quoi on parle quand il s’agit de violences sexistes et sexuelles. Je pense que l’affaire #MeToo en a fait réagir beaucoup. Mais la remise en question ne suffit pas, les hommes doivent agir maintenant. On doit tous apporter notre soutien et notre aide pour que les femmes se sentent au mieux dans notre société.»

Paris, 24 novembre 2018. Manifestation Nous Toutes contre les violences sexistes et sexuelles. Photo Marie Rouge pour Libération

Derrière la bannière du groupe intersectionnel #NousAussi, Véronique crie haut et fort «lesbiennes agressées, toutes concernées !» Sa compagne, Silvia, 42 ans, soulève une affichette sur laquelle il est écrit : «Femme, noire, lesbienne, la triple peine.» «Je ne vous raconte même pas comme le monde du travail peut être un enfer pour moi. Quand un de mes collègues ne me fait pas une blague raciste, c’est un autre qui va me faire une réflexion lesbophobe ou une remarque sur mon décolleté, détaille-t-elle. Ces réflexions et ces brimades écœurantes sont autant de coups de couteau dans le cœur. Cette violence doit cesser

«Voir autant de monde mobilisé me donne de l’espoir»

Après la marche, le ralliement s’est transformé en grande réunion place de la République. Pendant trois heures encore, des milliers de personnes ont continué de danser et de chanter les mots d’ordre de la lutte. Riva, élue de Seine-Saint-Denis, 40 ans : «Depuis des années, on se mobilise à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes. D’habitude, on était seulement une centaine, un peu comme si on faisait une marche blanche en l’honneur d’une femme assassinée par son mari. Aujourd’hui c’est un pur bonheur. Voir autant de monde mobilisé pour cette cause me donne de l’espoir.»

Une mobilisation festive qui s’est déroulée sans aucun débordement. «La violence n’a jamais été du côté des femmes, ni des hommes solidaires à leurs causes, conclut Claire, 33 ans, vendeuse dans une boutique du XXarrondissement de Paris. D’ordinaire les femmes subissent la violence. Elles s’en prennent plein la gueule et souffrent en silence. Aujourd’hui, elles se sont exprimées contre cette violence. Aujourd’hui, c’était notre moment à nous toutes.»

Photo : Marie Rouge
Anaïs Moran
Article tiré de Libération  le 24 novembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :