« On est complètement abandonnés » – A Marseille, « l’insupportable » attente des habitants évacués en urgence

Depuis le drame de la rue d’Aubagne, à Marseille, des centaines d’habitants et de commerçants ont été évacués d’immeubles vétustes. Logés temporairement par la mairie ou livrés à eux-mêmes, ils dénoncent le manque de communication de la municipalité.

« On a tout laissé derrière nous. Je n’ai même pas pu récupérer mes affaires, juste quelques vêtements. » Julia* vit depuis plus de 13 ans dans un immeuble du boulevard de la Libération. Ce bâtiment du 1er arrondissement de Marseille, situé à quelques centaines de mètres de la rue d’Aubagne, a été évacué « en urgence » dimanche 18 novembre, pour « risque d’effondrement », obligeant tous ses habitants à quitter les lieux en quelques heures. « Depuis, ils ont muré tous les accès. Dans cet appartement, il y a tout ce que j’ai. Je ne sais ni quand je pourrai récupérer mes affaires, ni si on me laissera un jour y remettre les pieds », souffle Julia, dépitée.

Après « le drame de la rue d’Aubagne », elle avait elle-même décidé de contacter la mairie, désespérée par « les infiltrations d’eau incessantes, l’humidité, les problèmes de plomberie ». « Le 16 novembre, des artisans sont venus faire des travaux dans ma salle de bains. Ils ont vu que le plancher bougeait, m’ont dit que ça risquait de s’effondrer. Ça ne pouvait plus attendre », décrit Julia. Mais cette mère de famille de 42 ans ne s’attendait pas à ce que les choses se passent si vite : « Dès que l’expert est arrivé, il a dit qu’on devait partir. Depuis, je n’ai eu aucune autre information. » Un processus « hâtif », que dénoncent des dizaines de Marseillais, victimes d’évacuations immédiates.

« Ca fait six jours que je suis sans rien »

« Je suis arrivé lundi matin, et j’ai eu la surprise de découvrir que l’immeuble avait été évacué. » Depuis cinq jours, Victor* ne décolère pas. Les bureaux de son entreprise de création numérique sont situés au rez-de-chaussée du même immeuble, juste en dessous de l’appartement vétuste de Julia. « Personne n’avait jugé utile de nous prévenir. Nous n’avons eu aucune information de la mairie, on ne savait rien, déplore-t-il. On a dû tout déménager en une après-midi. » Mais le jeune homme s’estime « chanceux ». « Heureusement, ils n’avaient pas scellé la porte d’entrée ! On a pu récupérer tout notre matériel. On perd quelques jours de boulot, mais on va trouver un autre local, rebondir, espère Victor. Ce n’est pas aussi facile pour la pizzeria d’en face, par exemple. »

De l’autre côté de la rue, le restaurant Topolino est en effet fermé, lui aussi. L’immeuble a été évacué en même temps que le 129. « Mon propriétaire m’a appelé à 10 heures, en me disant qu’il y aurait une expertise la semaine suivante. Je ne me suis pas alarmé plus que ça », témoigne Bruno Parra, le propriétaire de la pizzeria. Mais quelques heures plus tard, il reçoit un nouvel appel de son propriétaire, qui lui demande de se rendre « immédiatement » dans son restaurant, « pour évacuer ». « Un expert était présent sur les lieux, m’a dit que l’immeuble penchait trop. Nous avons été obligés de tout fermer. » Pourtant, selon Bruno, « il n’y avait aucune raison de s’emballer ».

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
Marseille en péril s’emmure. 102 et 129 bd de la Libération. Pas loin des divers appartements où le poète Antonin Artaud vécut enfant

Dans le 15e arrondissement, rue Abram, Lauren a également été prise au dépourvu par les évacuations décidées en urgence par la mairie. « J’étais partie en week-end, et j’ai reçu un appel de mes voisins, samedi, pour me dire que l’immeuble était en train d’être évacué », confie-t-elle à franceinfo. « Je l’ai su par hasard, dans la précipitation. J’étais trop loin pour récupérer mes affaires, ça fait six jours que je suis sans rien », regrette cette journaliste de 27 ans.

Voir l'image sur Twitter
Il y a 2 semaines, l’immeuble de l’un de mes amis s’effondrait. Ce week-end, c’est mon immeuble qui a été évacué, comme une centaine d’autres. Tout #Marseille va-t-il se retrouver à la rue ?

Pour se reloger, Lauren a été obligée de « se débrouiller ». Au-delà de la rapidité de la décision d’évacuation et du manque d’information de la mairie à ce sujet, elle dénonce aussi un « suivi inexistant » de la part de la municipalité.

Je n’ai pas eu d’avis d’évacuation pour mon immeuble, je ne peux donc faire jouer aucune assurance. Je n’ai eu aucun dédommagement, aucune prise en charge, on ne m’a même pas accordé de ‘bon’ pour prendre une chambre d’hôtel. – Lauren, journaliste à franceinfo

Très vite, Lauren appelle la mairie pour obtenir plus d’informations. « Je veux savoir quand je pourrai récupérer mes vêtements, mes affaires. Ce qui va se passer ! Ils ne savent rien », accuse-t-elle. La jeune femme s’est rendue plusieurs fois au centre d’accueil pour les sinistrés, dans le 1er arrondissement de Marseille. « Ils ne sont au courant de rien non plus. Le centre est plein, des vagues de 30 personnes défilent toute la journée. Et quand on appelle, personne ne répond. » Lauren s’estime « complètement abandonnée. J’ai l’impression de faire les mêmes démarches, tous les jours, dans le vide. » En attendant, la jeune femme vit chez son père, « à presque deux heures de transport » de son travail. Mais tout le monde n’a pas de la famille à proximité. 

Une procédure bloquée « à tous les niveaux »

De son côté, Julia, qui habitait boulevard de la Libération, se dit « paniquée ». « La mairie m’a proposé de passer quelques nuits à l’hôtel. Après, je ne sais pas où aller », lâche-t-elle, la gorge nouée. Elle assure avoir appris « par le personnel de l’hôtel » qu’elle devait partir au bout d’une semaine, les nuits n’étant plus prises en charge par la mairie. « La municipalité n’a même pas pris la peine de nous prévenir de ce détail. »

J’ai envoyé mon fils pour demander de l’aide à la mairie, ils nous ont dit que nous n’étions pas prioritaires. Il n’y a aucune information, aucun suivi. – Julia* à franceinfo

Bruno Parra, le propriétaire de la pizzeria, s’estime « lésé ». « Pour moi, c’est l’apocalypse. Je perds mes clients, mon chiffre d’affaire, le lieu de mon commerce… Qui va chiffrer ça ? » En théorie, dans ce type de situation, les propriétaires ont l’obligation de reloger leurs locataires. Mais pour cela, une expertise de péril imminent doit être officiellement délivrée par la mairie, ce qui n’est pas le cas. « Si la municipalité ne se prononce pas officiellement sur la dangerosité des lieux, ni l’assurance, ni le propriétaire, ni le syndic ne peuvent agir », souligne Me Luongo, l’avocat de Bruno Parra, contacté par franceinfo. « Les habitants et les commerçants se retrouvent dans une situation d’attente à tous les niveaux. Paralysés. »

Le côté terrible, c’est qu’il y a d’une part l’immédiateté de la situation, et d’autre part, l’attente insupportable des habitants, qui subissent des mois de procédure. – Me Luongo, avocat à franceinfo

L’avocat justifie cette attente par « l’immense charge de travail » de la mairie face aux évacuations des dernières semaines. « C’est criant de vérité : ce qui devait être pris en charge depuis des années n’a pas été fait », estime-t-il. « Et maintenant, ils sont débordés. » Depuis le 5 novembre, 1 217 personnes ont été évacuées en urgence de leur habitation, indique un communiqué de la ville de Marseille. Et 172 immeubles ont dû être vidés. La ville assure que 1 000 victimes sont actuellement hébergées aux frais de la municipalité.

Mais qu’en est-il des 200 restantes ? Et dans quelles conditions ? Contactée sur ce sujet par franceinfo, la mairie de Marseille n’a pas encore répondu à nos sollicitations. Me Luongo, de son côté, assure que « 400 confrères marseillais se sont portés volontaires pour défendre les évacués », et que des « consultations gratuites » sont organisées tous les jours à la Maison de l’avocat à Marseille, pour leur venir en aide.

*Les prénoms ont été modifiés. 

Photo Google Maps
Céline Delbecque
Article tiré de Franceinfo  le 25 novembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s