C’est quoi, la COP24 ? Les réponses aux questions que vous vous posez sur la conférence sur le climat

La « Conference of the parties » sur le réchauffement climatique aura lieu à Katowice en Pologne du 2 au 14 décembre 2018. Les réponses aux six questions qui vous trottent peut-être dans la tête.

Le 2 décembre 2018 verra s’animer la ville de Katowice, au sud de la Pologne. Une armada de diplomates, chefs d’Etat, experts, chefs d’entreprises, lobbyistes en tous genres, vont se retrouver à l’occasion de la COP24. Pendant deux semaines, la « Conference of the parties » ambitionne de concrétiser en directives l’Accord de Paris, signé en 2016. Objectif : fixer un cadre international d’action ambitieux pour lutter contre les changements climatiques.

La COP 24, c’est quoi ?

La COP24, 24e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies (dite « CNNU ») sur les changements climatiques, se tiendra à Katowice, une ville du sud de la Pologne, au cœur du bassin charbonnier de la Silésie, du 2 au 14 décembre. Soit un jour plus tôt que prévu, les organisateurs ayant estimé que le temps initialement imparti était insuffisant pour que les négociations aboutissent. La COP a pour objectif d’adopter les directives d’application de l’Accord de Paris, adopté le 12 décembre 2015 au Bourget à l’issue de la COP21. Elle sera présidée par le vice-ministre polonais de l’Energie, Michał Kurtyka.

Qui y participe ?

190 États seront représentés à la COP24. Parmi les participants, on compte aussi des acteurs non étatiques, ONG et institutions. Lors du dernier sommet intermédiaire pour l’action climatique mondiale, plus de 4 000 représentants d’organisations sont venus demander aux gouvernements de contribuer à un accord lors de la COP polonaise.

Quel(s) objectif(s) ?

La COP24 doit aboutir à la rédaction d’une feuille de route pour que chaque État puisse appliquer l’accord concrètement. Elle consistera donc en théorie à adopter toutes les décisions garantissant la pleine application de l’Accord de Paris. Ce dernier vise à limiter d’ici à 2100 le réchauffement climatique à +2°C maximum, et de « poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5°C ». L’accord prévoit aussi une aide annuelle de 100 milliards de dollars d’ici à 2020 pour aider les pays pauvres à atteindre ces objectifs. La France, qui s’est par exemple engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici à 2030, a autorisé sa ratification le 15 juin 2016. Les États-Unis se sont, depuis, retirés de l’accord. Les pays doivent s’engager à intensifier leurs efforts dans ce domaine, par une drastique réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les engagements actuels conduiraient, en effet, selon le GIEC, à une hausse de la température moyenne mondiale de plus de 3°C par rapport à l’ère préindustrielle.

L’objectif ultime de tous les traités qui entrent dans le cadre des conférences organisées par les Nations-unies est de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Il s’agit aussi de faire redémarrer le Fonds vert pour le climat, caisse commune des investissements en faveur du climat pour les pays en voie de développement.

Qui sont les pays les plus réticents ?

Citons comme premier des rétifs l’Amérique de Donald Trump : le 1er juin 2017, le président américain annonçait le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris, faisant s’écrouler les espoirs des uns et des autres. D’abord parce que les Américains pèsent lourd politiquement et économiquement sur la scène internationale. Ensuite parce qu’ils sont le deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre au monde, après la Chine. Outre les États-Unis, citons l’Australie et le Brésil, qui ont tous deux fait savoir qu’ils limiteraient au maximum leurs engagements. En France, Emmanuel Macron avait averti dans la foulée qu’il ne conclurait plus d’accord commercial avec les États qui ne respecteraient pas l’accord de Paris. Un vœu pieux : les accords commerciaux ne sont pas, dans les faits, signés de manière autonome par la France, mais par l’Union européenne.

Et la Chine, alors ?

Premier émetteur de gaz à effet de serre au monde, la Chine pourrait pourtant s’avérer un partenaire relativement fiable, ou au moins un allié de poids pour l’Union européenne et les Canadiens devant les États-Unis. A l’annonce du retrait américain de l’Accord de Paris, on a ainsi vu Pékin porter son attention sur les pays en voie de développement pour relever leurs ambitions et mis en avant la théorie de « responsabilité partagée mais différenciée ». Il s’agit à cet égard de considérer que les pays développés, dont l’empreinte carbone est donc élevée, doivent aider leurs cousins en développement pour lutter contre le changement climatique. La Chine a par ailleurs atteint les objectifs qu’elle s’était fixée pour 2020 en termes d’émissions de gaz à effet de serre, et est le premier investisseur mondial en énergie propre. Il est cependant difficile de prédire le rôle que le pays jouera lors de la Conférence : malgré ces points positifs, les Chinois ont repris, malgré leurs promesses, la construction de nouvelles centrales thermiques, et finance via des programmes d’investissement la construction de centrales à charbon chez ses partenaires pakistanais, égyptiens ou dans les Balkans.

Pourquoi avoir choisi la Pologne ?

Ce n’est pas la première fois que la Pologne reçoit une COP : le pays avait hébergé en 2008, la COP14 à Poznan, puis en 2013, la COP19 à Varsovie. La Pologne avait par ailleurs présidé la COP5 de Bonn, en 1999. Ceci ne fait pas du pays le meilleur élève de la classe écologique d’Europe. La Pologne tire actuellement 80% de son électricité du charbon, dans des centrales thermiques obsolètes, qui, pour bon nombre d’entre elles, devront fermer dans les dix ans à venir. La première centrale nucléaire de Pologne devrait entrer en service après 2030, le pays visant désormais à réduire la part du charbon dans sa production d’électricité. La Pologne, qui émettait déjà 7,63 tonnes annuelles de CO2 par habitant en 2016 d’après l’Agence internationale de l’énergie (contre 4,38 tonnes pour la France), passe pour le plus mauvais élève de l’Europe en la matière.

COP24
COP24 (STEPHANIE BERLU / RADIO FRANCE)

Photo MAXPPP/Franck Dubray
Article tiré de Franceinfo  le 30 novembre 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s